Nouvelles recettes

Le musée Baccarat expose le plus beau cristal de la marque à Paris

Le musée Baccarat expose le plus beau cristal de la marque à Paris


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Baccarat est depuis longtemps le cristal de prédilection des clients les plus exigeants du monde, dont l'histoire est au centre d'un magnifique musée du 16e arrondissement de Paris. Le musée Baccarat est situé dans l'ancienne demeure de l'excentrique et influente mécène française Marie-Laure de Noailles, et est également le siège social de la marque. Décoré par Philippe Starck, le musée présente certaines des œuvres les plus importantes que Baccarat ait produites au cours de ses plusieurs siècles d'activité.

Des vases, des plats, des verres à pied et des collaborations de designers célèbres tels que Marcial Berro, Ettore Sottsass et Van day Truex, sont répartis dans les quatre salles du musée. Beaucoup de ces œuvres ont été exposées pour la première fois lors d'une série d'expositions universelles au XIXe siècle, au cours desquelles Baccarat a toujours reçu la plus haute distinction pour ses conceptions complexes et son savoir-faire supérieur.

Dans une section intitulée « Alchimie », la verrière du peintre Gérard Garouste représentant la Terre, le Vent, l'Air et le Feu, les quatre éléments nécessaires à la fabrication du cristal, est suspendue dans une rotonde ornée, qui abrite également un échiquier éthéré de Baccarat et sa célèbre coupe rouge. vases en verre Simon. Les vitrines abritent de superbes exemples d'émaillage, de dorure, de découpe et de gravure au tour qui ont rendu l'artisanat de Baccarat si distinctif et leur ont valu tant de clients célèbres au fil des siècles.

Certaines des pièces conçues pour cette liste de haute clientèle comprennent la vaisselle de mariage de Joséphine Baker, des candélabres de 12 pieds commandés par le tsar Nicolas II de Russie et des gobelets gravés du yacht du magnat de la navigation grecque Aristote Onassis.

Pour une immersion totale dans le monde de Baccarat, les visiteurs peuvent envisager une visite pour déjeuner, dîner ou prendre un verre dans la salle Cristal du musée après avoir visité les expositions. Les chandeliers Baccarat brillent sur les tables en acier inoxydable, et la foule chic internationale se régale du foie gras de cannard des restaurants, du Noix de Saint-Jacques juste tiédies et du Champagne, servi avec des flûtes Baccarat. Mais sachez avant de partir, les réservations sont indispensables et il est conseillé de réserver plusieurs mois à l'avance.


Verre vénitien

verre vénitien (Italien: vétro veneziano) est une verrerie fabriquée à Venise, ce qui pendant plusieurs siècles a signifié sur l'île de Murano près de la ville. Traditionnellement, il est fabriqué avec un "métal" sodocalcique et est généralement richement décoré, avec diverses techniques de formage du verre "à chaud", ainsi que la dorure, l'émail ou la gravure.

La production est concentrée sur l'île vénitienne de Murano depuis le XIIIe siècle. Aujourd'hui, Murano est connue pour son verre d'art, mais elle a une longue histoire d'innovations dans la fabrication du verre en plus de sa renommée artistique et a été le principal centre européen du verre de luxe du Haut Moyen Âge à la Renaissance italienne. Au XVe siècle, les verriers de Murano créent cristallo- qui était presque transparent et considéré comme le verre le plus fin du monde. Les verriers de Murano ont également développé un verre de couleur blanche (verre à lait appelé lattimo) qui ressemblait à de la porcelaine. Ils sont devenus plus tard les meilleurs fabricants de miroirs d'Europe.

À l'origine, Venise était contrôlée par l'Empire byzantin, mais elle est finalement devenue une cité-État indépendante. Il a prospéré en tant que centre commercial et port maritime. Ses liens avec le Moyen-Orient ont aidé ses verriers à acquérir des compétences supplémentaires, car la fabrication du verre était plus avancée dans des régions telles que la Syrie et l'Égypte. Bien que la verrerie vénitienne dans les usines existait dès le 8ème siècle, elle s'est concentrée à Murano par la loi, à partir de 1291. Étant donné que les usines de verre prenaient souvent feu, cela éliminait une grande partie de la possibilité d'un incendie majeur pour la ville. Les verriers vénitiens ont mis au point des recettes et des méthodes secrètes de fabrication du verre, et la concentration de la verrerie de Venise sur l'île de Murano a permis un meilleur contrôle de ces secrets.

Murano est devenu le centre de verrerie de luxe d'Europe, atteignant un pic de popularité aux XVe et XVIe siècles. La domination de Venise dans le commerce le long de la mer Méditerranée a créé une classe marchande riche qui était un grand connaisseur des arts. Cela a contribué à établir la demande pour le verre d'art et plus d'innovations. La propagation du talent verrier en Europe a finalement diminué l'importance de Venise et de ses verriers de Murano. L'occupation et la dissolution de l'État vénitien par Napoléon Bonaparte en 1797 ont causé plus de difficultés pour l'industrie verrière de Murano. La verrerie de Murano a commencé un renouveau dans les années 1920. Aujourd'hui, Murano et Venise sont des attractions touristiques, et Murano abrite de nombreuses usines de verre et quelques ateliers d'artistes individuels. Son Museo del Vetro (Musée du verre) dans le Palazzo Giustinian contient des expositions sur l'histoire de la fabrication du verre ainsi que des échantillons de verre allant de l'époque égyptienne à nos jours.

En février 2021, le monde a appris que des perles de commerce de verre vénitiennes avaient été trouvées sur trois sites esquimaux préhistoriques en Alaska, dont Punyik Point. Aujourd'hui inhabitée et située à un mile de la ligne de partage des eaux dans la chaîne de Brooks, la région se trouvait sur d'anciennes routes commerciales de la mer de Béring à l'océan Arctique. Depuis leur création à Venise, les chercheurs pensent que la route probable que ces artefacts ont parcourue était à travers l'Europe, puis l'Eurasie et enfin le détroit de Béring, faisant de cette découverte « le premier cas documenté de la présence de matériaux européens indubitables dans des sites préhistoriques de l'hémisphère occidental comme le résultat du transport terrestre à travers le continent eurasien." Après des matériaux de datation au radiocarbone trouvés près des perles, les archéologues ont estimé leur arrivée sur le continent entre 1440 et 1480, avant Christophe Colomb. [1]


Verre vénitien

verre vénitien (Italien: vétro veneziano) est une verrerie fabriquée à Venise, ce qui pendant plusieurs siècles a signifié sur l'île de Murano près de la ville. Traditionnellement, il est fabriqué avec un "métal" sodocalcique et est généralement richement décoré, avec diverses techniques de formage du verre "à chaud", ainsi que la dorure, l'émail ou la gravure.

La production est concentrée sur l'île vénitienne de Murano depuis le XIIIe siècle. Aujourd'hui, Murano est connue pour son verre d'art, mais elle a une longue histoire d'innovations dans la fabrication du verre en plus de sa renommée artistique et a été le principal centre européen du verre de luxe du Haut Moyen Âge à la Renaissance italienne. Au XVe siècle, les verriers de Murano créent cristallo- qui était presque transparent et considéré comme le verre le plus fin du monde. Les verriers de Murano ont également développé un verre de couleur blanche (verre à lait appelé lattimo) qui ressemblait à de la porcelaine. Ils sont devenus plus tard les meilleurs fabricants de miroirs d'Europe.

À l'origine, Venise était contrôlée par l'Empire byzantin, mais elle est finalement devenue une cité-État indépendante. Il a prospéré en tant que centre commercial et port maritime. Ses liens avec le Moyen-Orient ont aidé ses verriers à acquérir des compétences supplémentaires, car la fabrication du verre était plus avancée dans des régions telles que la Syrie et l'Égypte. Bien que la verrerie vénitienne dans les usines existait dès le 8ème siècle, elle s'est concentrée à Murano par la loi, à partir de 1291. Étant donné que les usines de verre prenaient souvent feu, cela éliminait une grande partie de la possibilité d'un incendie majeur pour la ville. Les verriers vénitiens ont mis au point des recettes et des méthodes secrètes de fabrication du verre, et la concentration de la verrerie de Venise sur l'île de Murano a permis un meilleur contrôle de ces secrets.

Murano est devenu le centre de verrerie de luxe d'Europe, atteignant un pic de popularité aux XVe et XVIe siècles. La domination de Venise dans le commerce le long de la mer Méditerranée a créé une classe marchande riche qui était un grand connaisseur des arts. Cela a contribué à établir la demande pour le verre d'art et plus d'innovations. La propagation du talent verrier en Europe a finalement diminué l'importance de Venise et de ses verriers de Murano. L'occupation et la dissolution de l'État vénitien par Napoléon Bonaparte en 1797 ont causé plus de difficultés pour l'industrie verrière de Murano. La verrerie de Murano a commencé un renouveau dans les années 1920. Aujourd'hui, Murano et Venise sont des attractions touristiques, et Murano abrite de nombreuses usines de verre et quelques ateliers d'artistes individuels. Son Museo del Vetro (Musée du verre) dans le Palazzo Giustinian contient des expositions sur l'histoire de la fabrication du verre ainsi que des échantillons de verre allant de l'époque égyptienne à nos jours.

En février 2021, le monde a appris que des perles de commerce de verre vénitiennes avaient été trouvées sur trois sites esquimaux préhistoriques en Alaska, dont Punyik Point. Aujourd'hui inhabitée et située à un mile de la ligne de partage des eaux dans la chaîne de Brooks, la région se trouvait sur d'anciennes routes commerciales de la mer de Béring à l'océan Arctique. Depuis leur création à Venise, les chercheurs pensent que la route probable que ces artefacts ont parcourue était à travers l'Europe, puis l'Eurasie et enfin le détroit de Béring, faisant de cette découverte « le premier cas documenté de la présence de matériaux européens indubitables dans des sites préhistoriques de l'hémisphère occidental comme le résultat du transport terrestre à travers le continent eurasien." Après des matériaux de datation au radiocarbone trouvés près des perles, les archéologues ont estimé leur arrivée sur le continent entre 1440 et 1480, avant Christophe Colomb. [1]


Verre vénitien

verre vénitien (Italien: vétro veneziano) est une verrerie fabriquée à Venise, ce qui pendant plusieurs siècles a signifié sur l'île de Murano près de la ville. Traditionnellement, il est fabriqué avec un "métal" sodocalcique et est généralement richement décoré, avec diverses techniques de formage du verre "à chaud", ainsi que la dorure, l'émail ou la gravure.

La production est concentrée sur l'île vénitienne de Murano depuis le XIIIe siècle. Aujourd'hui, Murano est connue pour son verre d'art, mais elle a une longue histoire d'innovations dans la fabrication du verre en plus de sa renommée artistique et a été le principal centre européen du verre de luxe du Haut Moyen Âge à la Renaissance italienne. Au XVe siècle, les verriers de Murano créent cristallo- qui était presque transparent et considéré comme le verre le plus fin du monde. Les verriers de Murano ont également développé un verre de couleur blanche (verre à lait appelé lattimo) qui ressemblait à de la porcelaine. Ils sont devenus plus tard les meilleurs fabricants de miroirs d'Europe.

À l'origine, Venise était contrôlée par l'Empire byzantin, mais elle est finalement devenue une cité-État indépendante. Il a prospéré en tant que centre commercial et port maritime. Ses liens avec le Moyen-Orient ont aidé ses verriers à acquérir des compétences supplémentaires, car la fabrication du verre était plus avancée dans des régions telles que la Syrie et l'Égypte. Bien que la verrerie vénitienne dans les usines existait dès le 8ème siècle, elle s'est concentrée à Murano par la loi, à partir de 1291. Étant donné que les usines de verre prenaient souvent feu, cela éliminait une grande partie de la possibilité d'un incendie majeur pour la ville. Les verriers vénitiens ont mis au point des recettes et des méthodes secrètes de fabrication du verre, et la concentration de la verrerie de Venise sur l'île de Murano a permis un meilleur contrôle de ces secrets.

Murano est devenu le centre de verrerie de luxe d'Europe, atteignant un pic de popularité aux XVe et XVIe siècles. La domination de Venise dans le commerce le long de la mer Méditerranée a créé une classe marchande riche qui était un grand connaisseur des arts. Cela a contribué à établir la demande pour le verre d'art et plus d'innovations. La propagation du talent verrier en Europe a finalement diminué l'importance de Venise et de ses verriers de Murano. L'occupation et la dissolution de l'État vénitien par Napoléon Bonaparte en 1797 ont causé plus de difficultés pour l'industrie verrière de Murano. La verrerie de Murano a commencé un renouveau dans les années 1920. Aujourd'hui, Murano et Venise sont des attractions touristiques, et Murano abrite de nombreuses usines de verre et quelques ateliers d'artistes individuels. Son Museo del Vetro (Musée du verre) dans le Palazzo Giustinian contient des expositions sur l'histoire de la fabrication du verre ainsi que des échantillons de verre allant de l'époque égyptienne à nos jours.

En février 2021, le monde a appris que des perles de commerce de verre vénitiennes avaient été trouvées sur trois sites esquimaux préhistoriques en Alaska, dont Punyik Point. Aujourd'hui inhabitée et située à un mile de la ligne de partage des eaux dans la chaîne de Brooks, la région se trouvait sur d'anciennes routes commerciales de la mer de Béring à l'océan Arctique. Depuis leur création à Venise, les chercheurs pensent que la route probable que ces artefacts ont parcourue était à travers l'Europe, puis l'Eurasie et enfin le détroit de Béring, faisant de cette découverte « le premier cas documenté de la présence de matériaux européens indubitables dans des sites préhistoriques de l'hémisphère occidental comme le résultat du transport terrestre à travers le continent eurasien." Après des matériaux de datation au radiocarbone trouvés près des perles, les archéologues ont estimé leur arrivée sur le continent entre 1440 et 1480, avant Christophe Colomb. [1]


Verre vénitien

verre vénitien (Italien: vétro veneziano) est une verrerie fabriquée à Venise, ce qui pendant plusieurs siècles a signifié sur l'île de Murano près de la ville. Traditionnellement, il est fabriqué avec un "métal" sodocalcique et est généralement richement décoré, avec diverses techniques de formage du verre "à chaud", ainsi que la dorure, l'émail ou la gravure.

La production est concentrée sur l'île vénitienne de Murano depuis le XIIIe siècle. Aujourd'hui, Murano est connue pour son verre d'art, mais elle a une longue histoire d'innovations dans la fabrication du verre en plus de sa renommée artistique et a été le principal centre européen du verre de luxe du Haut Moyen Âge à la Renaissance italienne. Au XVe siècle, les verriers de Murano créent cristallo- qui était presque transparent et considéré comme le verre le plus fin du monde. Les verriers de Murano ont également développé un verre de couleur blanche (verre à lait appelé lattimo) qui ressemblait à de la porcelaine. Ils devinrent plus tard les meilleurs fabricants de miroirs d'Europe.

À l'origine, Venise était contrôlée par l'Empire byzantin, mais elle est finalement devenue une cité-État indépendante. Il a prospéré en tant que centre commercial et port maritime. Ses liens avec le Moyen-Orient ont aidé ses verriers à acquérir des compétences supplémentaires, car la fabrication du verre était plus avancée dans des régions telles que la Syrie et l'Égypte. Bien que la verrerie vénitienne dans les usines existait dès le 8ème siècle, elle s'est concentrée à Murano par la loi, à partir de 1291. Étant donné que les usines de verre prenaient souvent feu, cela éliminait une grande partie de la possibilité d'un incendie majeur pour la ville. Les verriers vénitiens ont mis au point des recettes et des méthodes secrètes de fabrication du verre, et la concentration de la verrerie de Venise sur l'île de Murano a permis un meilleur contrôle de ces secrets.

Murano est devenu le centre de verrerie de luxe d'Europe, atteignant un pic de popularité aux XVe et XVIe siècles. La domination de Venise dans le commerce le long de la mer Méditerranée a créé une classe marchande riche qui était un grand connaisseur des arts. Cela a contribué à établir la demande pour le verre d'art et plus d'innovations. La propagation du talent verrier en Europe a finalement diminué l'importance de Venise et de ses verriers de Murano. L'occupation et la dissolution de l'État vénitien par Napoléon Bonaparte en 1797 ont causé plus de difficultés pour l'industrie verrière de Murano. La verrerie de Murano a commencé un renouveau dans les années 1920. Aujourd'hui, Murano et Venise sont des attractions touristiques, et Murano abrite de nombreuses usines de verre et quelques ateliers d'artistes individuels. Son Museo del Vetro (Musée du verre) dans le Palazzo Giustinian contient des expositions sur l'histoire de la fabrication du verre ainsi que des échantillons de verre allant de l'époque égyptienne à nos jours.

En février 2021, le monde a appris que des perles de commerce de verre vénitiennes avaient été trouvées sur trois sites esquimaux préhistoriques en Alaska, dont Punyik Point. Aujourd'hui inhabitée et située à un mile de la ligne de partage des eaux dans la chaîne de Brooks, la région se trouvait sur d'anciennes routes commerciales de la mer de Béring à l'océan Arctique. Depuis leur création à Venise, les chercheurs pensent que la route probable que ces artefacts ont parcourue était à travers l'Europe, puis l'Eurasie et enfin le détroit de Béring, faisant de cette découverte « le premier cas documenté de la présence de matériaux européens indubitables dans des sites préhistoriques de l'hémisphère occidental comme le résultat du transport terrestre à travers le continent eurasien." Après des matériaux de datation au radiocarbone trouvés près des perles, les archéologues ont estimé leur arrivée sur le continent entre 1440 et 1480, avant Christophe Colomb. [1]


Verre vénitien

verre vénitien (Italien: vétro veneziano) est une verrerie fabriquée à Venise, ce qui pendant plusieurs siècles a signifié sur l'île de Murano près de la ville. Traditionnellement, il est fabriqué avec un "métal" sodocalcique et est généralement richement décoré, avec diverses techniques de formage du verre "à chaud", ainsi que la dorure, l'émail ou la gravure.

La production est concentrée sur l'île vénitienne de Murano depuis le XIIIe siècle. Aujourd'hui, Murano est connue pour son verre d'art, mais elle a une longue histoire d'innovations dans la fabrication du verre en plus de sa renommée artistique et a été le principal centre européen du verre de luxe du Haut Moyen Âge à la Renaissance italienne. Au XVe siècle, les verriers de Murano créent cristallo- qui était presque transparent et considéré comme le verre le plus fin du monde. Les verriers de Murano ont également développé un verre de couleur blanche (verre à lait appelé lattimo) qui ressemblait à de la porcelaine. Ils sont devenus plus tard les meilleurs fabricants de miroirs d'Europe.

À l'origine, Venise était contrôlée par l'Empire byzantin, mais elle est finalement devenue une cité-État indépendante. Il a prospéré en tant que centre commercial et port maritime. Ses liens avec le Moyen-Orient ont aidé ses verriers à acquérir des compétences supplémentaires, car la fabrication du verre était plus avancée dans des régions telles que la Syrie et l'Égypte. Bien que la verrerie vénitienne dans les usines existait dès le 8ème siècle, elle s'est concentrée à Murano par la loi, à partir de 1291. Étant donné que les usines de verre prenaient souvent feu, cela éliminait une grande partie de la possibilité d'un incendie majeur pour la ville. Les verriers vénitiens ont mis au point des recettes et des méthodes secrètes de fabrication du verre, et la concentration de la verrerie de Venise sur l'île de Murano a permis un meilleur contrôle de ces secrets.

Murano est devenu le centre de verrerie de luxe d'Europe, atteignant un pic de popularité aux XVe et XVIe siècles. La domination de Venise dans le commerce le long de la mer Méditerranée a créé une classe marchande riche qui était un grand connaisseur des arts. Cela a contribué à établir la demande pour le verre d'art et plus d'innovations. La propagation du talent verrier en Europe a finalement diminué l'importance de Venise et de ses verriers de Murano. L'occupation et la dissolution de l'État vénitien par Napoléon Bonaparte en 1797 ont causé plus de difficultés pour l'industrie verrière de Murano. La verrerie de Murano a commencé un renouveau dans les années 1920. Aujourd'hui, Murano et Venise sont des attractions touristiques, et Murano abrite de nombreuses usines de verre et quelques ateliers d'artistes individuels. Son Museo del Vetro (Musée du verre) dans le Palazzo Giustinian contient des expositions sur l'histoire de la fabrication du verre ainsi que des échantillons de verre allant de l'époque égyptienne à nos jours.

En février 2021, le monde a appris que des perles de commerce de verre vénitiennes avaient été trouvées sur trois sites esquimaux préhistoriques en Alaska, dont Punyik Point. Aujourd'hui inhabitée et située à un mile de la ligne de partage des eaux dans la chaîne de Brooks, la région se trouvait sur d'anciennes routes commerciales de la mer de Béring à l'océan Arctique. Depuis leur création à Venise, les chercheurs pensent que la route probable que ces artefacts ont parcourue était à travers l'Europe, puis l'Eurasie et enfin le détroit de Béring, faisant de cette découverte « le premier cas documenté de la présence de matériaux européens indubitables dans des sites préhistoriques de l'hémisphère occidental comme le résultat du transport terrestre à travers le continent eurasien." Après des matériaux de datation au radiocarbone trouvés près des perles, les archéologues ont estimé leur arrivée sur le continent entre 1440 et 1480, avant Christophe Colomb. [1]


Verre vénitien

verre vénitien (Italien: vétro veneziano) est une verrerie fabriquée à Venise, ce qui pendant plusieurs siècles a signifié sur l'île de Murano près de la ville. Traditionnellement, il est fabriqué avec un "métal" sodocalcique et est généralement richement décoré, avec diverses techniques de formage du verre "à chaud", ainsi que la dorure, l'émail ou la gravure.

La production est concentrée sur l'île vénitienne de Murano depuis le XIIIe siècle. Aujourd'hui, Murano est connue pour son verre d'art, mais elle a une longue histoire d'innovations dans la fabrication du verre en plus de sa renommée artistique et a été le principal centre européen du verre de luxe du Haut Moyen Âge à la Renaissance italienne. Au XVe siècle, les verriers de Murano créent cristallo- qui était presque transparent et considéré comme le verre le plus fin du monde. Les verriers de Murano ont également développé un verre de couleur blanche (verre à lait appelé lattimo) qui ressemblait à de la porcelaine. Ils devinrent plus tard les meilleurs fabricants de miroirs d'Europe.

À l'origine, Venise était contrôlée par l'Empire byzantin, mais elle est finalement devenue une cité-État indépendante. Il a prospéré en tant que centre commercial et port maritime. Ses liens avec le Moyen-Orient ont aidé ses verriers à acquérir des compétences supplémentaires, car la fabrication du verre était plus avancée dans des régions telles que la Syrie et l'Égypte. Bien que la verrerie vénitienne dans les usines existait dès le 8ème siècle, elle s'est concentrée à Murano par la loi, à partir de 1291. Étant donné que les usines de verre prenaient souvent feu, cela éliminait une grande partie de la possibilité d'un incendie majeur pour la ville. Les verriers vénitiens ont mis au point des recettes et des méthodes secrètes de fabrication du verre, et la concentration de la verrerie de Venise sur l'île de Murano a permis un meilleur contrôle de ces secrets.

Murano est devenu le centre de verrerie de luxe d'Europe, atteignant un pic de popularité aux XVe et XVIe siècles. La domination de Venise dans le commerce le long de la mer Méditerranée a créé une classe marchande riche qui était un grand connaisseur des arts. Cela a contribué à établir la demande pour le verre d'art et plus d'innovations. La propagation du talent verrier en Europe a finalement diminué l'importance de Venise et de ses verriers de Murano. L'occupation et la dissolution de l'État vénitien par Napoléon Bonaparte en 1797 ont causé plus de difficultés pour l'industrie verrière de Murano. La verrerie de Murano a commencé un renouveau dans les années 1920. Aujourd'hui, Murano et Venise sont des attractions touristiques, et Murano abrite de nombreuses usines de verre et quelques ateliers d'artistes individuels. Son Museo del Vetro (Musée du verre) dans le Palazzo Giustinian contient des expositions sur l'histoire de la fabrication du verre ainsi que des échantillons de verre allant de l'époque égyptienne à nos jours.

En février 2021, le monde a appris que des perles de commerce de verre vénitiennes avaient été trouvées sur trois sites esquimaux préhistoriques en Alaska, dont Punyik Point. Aujourd'hui inhabitée et située à un mile de la ligne de partage des eaux dans la chaîne de Brooks, la région se trouvait sur d'anciennes routes commerciales de la mer de Béring à l'océan Arctique. Depuis leur création à Venise, les chercheurs pensent que la route probable que ces artefacts ont parcourue était à travers l'Europe, puis l'Eurasie et enfin le détroit de Béring, faisant de cette découverte « le premier cas documenté de la présence de matériaux européens indubitables dans des sites préhistoriques de l'hémisphère occidental comme le résultat du transport terrestre à travers le continent eurasien." Après des matériaux de datation au radiocarbone trouvés près des perles, les archéologues ont estimé leur arrivée sur le continent entre 1440 et 1480, avant Christophe Colomb. [1]


Verre vénitien

verre vénitien (Italien: vétro veneziano) est une verrerie fabriquée à Venise, ce qui pendant plusieurs siècles a signifié sur l'île de Murano près de la ville. Traditionnellement, il est fabriqué avec un "métal" sodocalcique et est généralement richement décoré, avec diverses techniques de formage du verre "à chaud", ainsi que la dorure, l'émail ou la gravure.

La production est concentrée sur l'île vénitienne de Murano depuis le XIIIe siècle. Aujourd'hui, Murano est connue pour son verre d'art, mais elle a une longue histoire d'innovations dans la fabrication du verre en plus de sa renommée artistique et a été le principal centre européen du verre de luxe du Haut Moyen Âge à la Renaissance italienne. Au XVe siècle, les verriers de Murano créent cristallo- qui était presque transparent et considéré comme le verre le plus fin du monde. Les verriers de Murano ont également développé un verre de couleur blanche (verre à lait appelé lattimo) qui ressemblait à de la porcelaine. Ils sont devenus plus tard les meilleurs fabricants de miroirs d'Europe.

À l'origine, Venise était contrôlée par l'empire byzantin, mais elle est finalement devenue une cité-État indépendante. Il a prospéré en tant que centre commercial et port maritime. Ses liens avec le Moyen-Orient ont aidé ses verriers à acquérir des compétences supplémentaires, car la fabrication du verre était plus avancée dans des régions telles que la Syrie et l'Égypte. Bien que la verrerie vénitienne dans les usines existait dès le 8ème siècle, elle s'est concentrée à Murano par la loi, à partir de 1291. Étant donné que les usines de verre prenaient souvent feu, cela éliminait une grande partie de la possibilité d'un incendie majeur pour la ville. Les verriers vénitiens ont mis au point des recettes et des méthodes secrètes de fabrication du verre, et la concentration de la verrerie de Venise sur l'île de Murano a permis un meilleur contrôle de ces secrets.

Murano est devenu le centre de verrerie de luxe d'Europe, atteignant un pic de popularité aux XVe et XVIe siècles. La domination de Venise dans le commerce le long de la mer Méditerranée a créé une classe marchande riche qui était un grand connaisseur des arts. Cela a contribué à établir la demande pour le verre d'art et plus d'innovations. La propagation du talent verrier en Europe a finalement diminué l'importance de Venise et de ses verriers de Murano. L'occupation et la dissolution de l'État vénitien par Napoléon Bonaparte en 1797 ont causé plus de difficultés pour l'industrie verrière de Murano. La verrerie de Murano a commencé un renouveau dans les années 1920. Aujourd'hui, Murano et Venise sont des attractions touristiques, et Murano abrite de nombreuses usines de verre et quelques ateliers d'artistes individuels. Son Museo del Vetro (Musée du verre) dans le Palazzo Giustinian contient des expositions sur l'histoire de la fabrication du verre ainsi que des échantillons de verre allant de l'époque égyptienne à nos jours.

En février 2021, le monde a appris que des perles de commerce de verre vénitiennes avaient été trouvées sur trois sites esquimaux préhistoriques en Alaska, dont Punyik Point. Aujourd'hui inhabitée et située à un mile de la ligne de partage des eaux dans la chaîne de Brooks, la région se trouvait sur d'anciennes routes commerciales de la mer de Béring à l'océan Arctique. Depuis leur création à Venise, les chercheurs pensent que la route probable que ces artefacts ont parcourue était à travers l'Europe, puis l'Eurasie et enfin le détroit de Béring, faisant de cette découverte « le premier cas documenté de la présence de matériaux européens indubitables dans des sites préhistoriques de l'hémisphère occidental comme le résultat du transport terrestre à travers le continent eurasien." Après des matériaux de datation au radiocarbone trouvés près des perles, les archéologues ont estimé leur arrivée sur le continent entre 1440 et 1480, avant Christophe Colomb. [1]


Verre vénitien

verre vénitien (Italien: vétro veneziano) est une verrerie fabriquée à Venise, ce qui pendant plusieurs siècles a signifié sur l'île de Murano près de la ville. Traditionnellement, il est fabriqué avec un "métal" sodocalcique et est généralement richement décoré, avec diverses techniques de formage du verre "à chaud", ainsi que la dorure, l'émail ou la gravure.

La production est concentrée sur l'île vénitienne de Murano depuis le XIIIe siècle. Aujourd'hui, Murano est connue pour son verre d'art, mais elle a une longue histoire d'innovations dans la fabrication du verre en plus de sa renommée artistique et a été le principal centre européen du verre de luxe du Haut Moyen Âge à la Renaissance italienne. Au XVe siècle, les verriers de Murano créent cristallo- qui était presque transparent et considéré comme le verre le plus fin du monde. Les verriers de Murano ont également développé un verre de couleur blanche (verre à lait appelé lattimo) qui ressemblait à de la porcelaine. Ils sont devenus plus tard les meilleurs fabricants de miroirs d'Europe.

À l'origine, Venise était contrôlée par l'Empire byzantin, mais elle est finalement devenue une cité-État indépendante. Il a prospéré en tant que centre commercial et port maritime. Ses liens avec le Moyen-Orient ont aidé ses verriers à acquérir des compétences supplémentaires, car la fabrication du verre était plus avancée dans des régions telles que la Syrie et l'Égypte. Bien que la verrerie vénitienne dans les usines existait dès le 8ème siècle, elle s'est concentrée à Murano par la loi, à partir de 1291. Étant donné que les usines de verre prenaient souvent feu, cela éliminait une grande partie de la possibilité d'un incendie majeur pour la ville. Les verriers vénitiens ont mis au point des recettes et des méthodes secrètes de fabrication du verre, et la concentration de la verrerie de Venise sur l'île de Murano a permis un meilleur contrôle de ces secrets.

Murano est devenu le centre de verrerie de luxe d'Europe, atteignant un pic de popularité aux XVe et XVIe siècles. La domination de Venise dans le commerce le long de la mer Méditerranée a créé une classe marchande riche qui était un grand connaisseur des arts. Cela a contribué à établir la demande pour le verre d'art et plus d'innovations. La propagation du talent verrier en Europe a finalement diminué l'importance de Venise et de ses verriers de Murano. L'occupation et la dissolution de l'État vénitien par Napoléon Bonaparte en 1797 ont causé plus de difficultés pour l'industrie verrière de Murano. La verrerie de Murano a commencé un renouveau dans les années 1920. Aujourd'hui, Murano et Venise sont des attractions touristiques, et Murano abrite de nombreuses usines de verre et quelques ateliers d'artistes individuels. Son Museo del Vetro (Musée du verre) dans le Palazzo Giustinian contient des expositions sur l'histoire de la fabrication du verre ainsi que des échantillons de verre allant de l'époque égyptienne à nos jours.

En février 2021, le monde a appris que des perles de commerce de verre vénitiennes avaient été trouvées sur trois sites esquimaux préhistoriques en Alaska, dont Punyik Point. Aujourd'hui inhabitée et située à un mile de la ligne de partage des eaux dans la chaîne de Brooks, la région se trouvait sur d'anciennes routes commerciales de la mer de Béring à l'océan Arctique. Depuis leur création à Venise, les chercheurs pensent que la route probable que ces artefacts ont parcourue était à travers l'Europe, puis l'Eurasie et enfin le détroit de Béring, faisant de cette découverte « le premier cas documenté de la présence de matériaux européens indubitables dans des sites préhistoriques de l'hémisphère occidental comme le résultat du transport terrestre à travers le continent eurasien." Après des matériaux de datation au radiocarbone trouvés près des perles, les archéologues ont estimé leur arrivée sur le continent entre 1440 et 1480, avant Christophe Colomb. [1]


Verre vénitien

verre vénitien (Italien: vétro veneziano) est une verrerie fabriquée à Venise, ce qui pendant plusieurs siècles a signifié sur l'île de Murano près de la ville. Traditionally it is made with a soda-lime "metal" and is typically elaborately decorated, with various "hot" glass-forming techniques, as well as gilding, enamel, or engraving.

Production has been concentrated on the Venetian island of Murano since the 13th century. Today Murano is known for its art glass, but it has a long history of innovations in glassmaking in addition to its artistic fame—and was Europe's major center for luxury glass from the High Middle Ages to the Italian Renaissance. During the 15th century, Murano glassmakers created cristallo—which was almost transparent and considered the finest glass in the world. Murano glassmakers also developed a white-colored glass (milk glass called lattimo) that looked like porcelain. They later became Europe's finest makers of mirrors.

Originally, Venice was controlled by the Byzantine Empire, but it eventually became an independent city state. It flourished as a trading center and seaport. Its connections with the Middle East helped its glassmakers gain additional skills, as glassmaking was more advanced in areas such as Syria and Egypt. Although Venetian glassmaking in factories existed as far back as the 8th Century, it became concentrated in Murano by law, beginning in 1291. Since glass factories often caught fire, this removed much of the possibility of a major fire disaster for the city. Venetian glassmakers developed secret recipes and methods for making glass, and the concentration of Venice's glassmaking on the island of Murano enabled better control of those secrets.

Murano became Europe's luxury glassmaking center, peaking in popularity in the 15th and 16th centuries. Venice's dominance in trade along the Mediterranean Sea created a wealthy merchant class that was a strong connoisseur of the arts. This helped establish demand for art glass and more innovations. The spread of glassmaking talent in Europe eventually diminished the importance of Venice and its Murano glassmakers. The occupation and dissolution of the Venetian state by Napoleon Bonaparte in 1797 caused more hardship for Murano's glassmaking industry. Murano glassmaking began a revival in the 1920s. Today, Murano and Venice are tourist attractions, and Murano is home to numerous glass factories and a few individual artists' studios. Its Museo del Vetro (Glass Museum) in the Palazzo Giustinian contains displays on the history of glassmaking as well as glass samples ranging from Egyptian times through the present day.

In February 2021, the world learned that Venetian glass trade beads had been found at three prehistoric Eskimo sites in Alaska, including Punyik Point. Uninhabited today, and located a mile from the Continental Divide in the Brooks Range, the area was on ancient trade routes from the Bering Sea to the Arctic Ocean. From their creation in Venice, researchers believe the likely route these artifacts traveled was across Europe, then Eurasia and finally over the Bering Strait, making this discovery "the first documented instance of the presence of indubitable European materials in prehistoric sites in the western hemisphere as the result of overland transport across the Eurasian continent." After radiocarbon dating materials found near the beads, archaeologists estimated their arrival on the continent to sometime between 1440 and 1480, predating Christopher Columbus. [1]


Venetian glass

Venetian glass (Italian: vetro veneziano) is glassware made in Venice, which for several centuries has meant on the island of Murano near the city. Traditionally it is made with a soda-lime "metal" and is typically elaborately decorated, with various "hot" glass-forming techniques, as well as gilding, enamel, or engraving.

Production has been concentrated on the Venetian island of Murano since the 13th century. Today Murano is known for its art glass, but it has a long history of innovations in glassmaking in addition to its artistic fame—and was Europe's major center for luxury glass from the High Middle Ages to the Italian Renaissance. During the 15th century, Murano glassmakers created cristallo—which was almost transparent and considered the finest glass in the world. Murano glassmakers also developed a white-colored glass (milk glass called lattimo) that looked like porcelain. They later became Europe's finest makers of mirrors.

Originally, Venice was controlled by the Byzantine Empire, but it eventually became an independent city state. It flourished as a trading center and seaport. Its connections with the Middle East helped its glassmakers gain additional skills, as glassmaking was more advanced in areas such as Syria and Egypt. Although Venetian glassmaking in factories existed as far back as the 8th Century, it became concentrated in Murano by law, beginning in 1291. Since glass factories often caught fire, this removed much of the possibility of a major fire disaster for the city. Venetian glassmakers developed secret recipes and methods for making glass, and the concentration of Venice's glassmaking on the island of Murano enabled better control of those secrets.

Murano became Europe's luxury glassmaking center, peaking in popularity in the 15th and 16th centuries. Venice's dominance in trade along the Mediterranean Sea created a wealthy merchant class that was a strong connoisseur of the arts. This helped establish demand for art glass and more innovations. The spread of glassmaking talent in Europe eventually diminished the importance of Venice and its Murano glassmakers. The occupation and dissolution of the Venetian state by Napoleon Bonaparte in 1797 caused more hardship for Murano's glassmaking industry. Murano glassmaking began a revival in the 1920s. Today, Murano and Venice are tourist attractions, and Murano is home to numerous glass factories and a few individual artists' studios. Its Museo del Vetro (Glass Museum) in the Palazzo Giustinian contains displays on the history of glassmaking as well as glass samples ranging from Egyptian times through the present day.

In February 2021, the world learned that Venetian glass trade beads had been found at three prehistoric Eskimo sites in Alaska, including Punyik Point. Uninhabited today, and located a mile from the Continental Divide in the Brooks Range, the area was on ancient trade routes from the Bering Sea to the Arctic Ocean. From their creation in Venice, researchers believe the likely route these artifacts traveled was across Europe, then Eurasia and finally over the Bering Strait, making this discovery "the first documented instance of the presence of indubitable European materials in prehistoric sites in the western hemisphere as the result of overland transport across the Eurasian continent." After radiocarbon dating materials found near the beads, archaeologists estimated their arrival on the continent to sometime between 1440 and 1480, predating Christopher Columbus. [1]


Voir la vidéo: Baccarat Crystal of France (Mai 2022).