Nouvelles recettes

9 choses que vous ne saviez pas sur Poke, le nouvel engouement alimentaire d'Hawaï

9 choses que vous ne saviez pas sur Poke, le nouvel engouement alimentaire d'Hawaï


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Cette salade de poisson cru prend d'assaut l'Amérique

Si vous n'êtes pas familier avec le poke (prononcé PO-kay), il est temps que vous sachiez ce qu'est cet aliment de base hawaïen. Non seulement parce qu'il devient de plus en plus populaire sur le continent, mais parce qu'il est délicieux, polyvalent, sain et pourrait bien devenir l'un de vos nouveaux aliments préférés.

9 choses que vous ne saviez pas sur Poke

Si vous n'êtes pas familier avec le poke (prononcé PO-kay), il est temps que vous sachiez ce qu'est cet aliment de base hawaïen. Non seulement parce qu'il devient de plus en plus populaire sur le continent, mais parce qu'il est délicieux, polyvalent, sain et pourrait bien devenir l'un de vos nouveaux aliments préférés.

Il est originaire d'une collation de pêcheur

Bien que les origines de poke restent un peu un mystère, il est largement admis qu'il a commencé parmi pêcheurs, qui assaisonnaient et mangeaient les morceaux frais de leurs prises comme collation.

C'est omniprésent à Hawaï

À Hawaï, le poke est partout: La moyenne supermarché peut stocker jusqu'à 20 variétés faites maison, et des poke shacks et des magasins de vente à emporter peuvent être trouvés dans tout l'État (vous pouvez même trouver un stand poke chez Costco!). Le poke shack le plus connu d'Hawaï, appelé Da Poke Shack, vient d'ouvrir un deuxième emplacement et propose quelques dizaines de variétés.

Il a de nombreux homologues asiatiques

Poke représente fortement l'influence asiatique sur la cuisine hawaïenne. En japonais chirashi, par exemple, des tranches de poisson cru et des assaisonnements sont servis sur du riz, et en coréen hoedeopbap, du poisson cru mariné est servi sur du riz.

Il n'y a rien d'autre exactement comme ça

Bien qu'il puisse exister des plats similaires dans le monde, il n'y a rien de tel que le poke. C'est son propre plat, et bien qu'il puisse y en avoir Thèmes asiatiques continue, c'est uniquement hawaïen.

Les variations sont littéralement infinies

Alors que la plupart des magasins de poke plafonne à environ 20 variétés, les possibilités sont infinies. Toute forme de fruits de mer peut être utilisé, et les mix-ins peuvent couvrir toute la gamme du traditionnel à l'avant-garde.

Vous pouvez facilement le faire à la maison

L'une des raisons pour lesquelles les restaurants à poke apparaissent si souvent est le fait que le plat est si facile à préparer. Tant que vous avez du poisson de qualité sushi, vous pouvez le découper vous-même et personnalisez-le à votre guise.

Il y a un Poke Truck à Seattle

À Seattle, un camion appelé Poke to the Max sillonne les rues et connaît un énorme succès. Géré par le légendaire restaurateur Sam Choy, une variété de plats hawaïens sont proposés ainsi que du thon ahi et du saumon poke dans une variété d'applications. Ils le cuisineront même pour vous si vous le souhaitez !

Un stade de baseball majeur le vend

À l'heure actuelle, vous ne pouvez obtenir du poke que dans un seul stade des ligues majeures : Pecto Park, où jouent les Padres de San Diego. À Le patio dans le champ gauche, vous trouverez des « tacos » au thon ahi aux côtés des chiens Tijuana, des hamburgers juteux de Lucy et des sandwichs au poulet.

Cela pourrait bien devenir la prochaine grande tendance « rapide-décontractée »

La tendance des restaurants « rapidement décontractés » est à son comble, et certains entrepreneurs misent sur ce nouveau plat passionnant et entièrement personnalisable comme le prochain grand aliment rapide et décontracté. Vous pouvez choisir votre propre poisson et vos mélanges, c'est sain, il n'a pas besoin d'être cuit et les chaînes ont de nombreuses opportunités de mettre leurs propres tours dessus. De nouvelles entreprises tentent de s'en sortir, car les chaînes incluent Pokéworks (avec des emplacements en Californie du Nord et à New York) Poké poisson sage (à New York), et Sweetfin à Santa Monica.


Poke 123 : la vraie cuisine hawaïenne avant l'arrivée du SPAM

Endroit

Poke 123 Coronado

1009 Orange Avenue, San Diego

Habituellement, quand je pense à la cuisine hawaïenne, je pense au SPAM sur du riz, au steak de hamburger sur du riz noyé dans la sauce, à l'assiette de porc en adobo avec du riz et à une "salade" de macaroni au fromage. Un délice, mais pas question de parler d'aliments santé.

Ensuite, je suis tombé ici. Poke 123. Tout neuf, avec une toute vieille façon de manger. On pourrait dire pré-européen. Pro-santé.

Deux membres de la Marine à la retraite viennent de l'ouvrir sur Orange Avenue à Coronado (ils ont ouvert leur premier restaurant poke il y a 18 mois à IB, étendu à Liberty Station en 2018, et maintenant ici). Bien sûr, poke est la chose en ce moment. Vous avez Poke Etc, la chaîne Sweetfin Poke, Good Time Poke, et ainsi de suite. La première chose est que vous devez être prêt à manger cru. Pour moi, pas de problème. Sashimi, ceviche, steak tartare, gravlax, carpaccio, idem.

Mon amie Annie, pas tellement. La seule chose qu'elle mangera crue est la laitue. Quoi qu'il en soit, nous nous dirigeons vers cette entrée en angle, toute fraîchement repeinte en blanc et en bleu, juste à l'heure pour l'happy hour (16h-19h, tous les jours). Ce que j'aime, c'est qu'ils ont un petit patio à l'extérieur (avec un radiateur).

« Mais ils ont de la salade ? » dit Annie.

« Regarde juste », dis-je. Parce que tout est présenté ici, des morceaux de thon ahi mariné aux algues vertes. Vous remarquez : pas de matériel de cuisine, comme les réchauds. Nous mangeons de la dinde froide. D'accord, thon froid.

"Où allons-nous commencer?" Je demande à la fille, Paula.

« À cette fin, dit-elle. « Choisissez votre style. Bols, norittos ou vagues. Ensuite, choisissez votre protéine : fruits de mer, poulet ou tofu végétalien.

"D'accord. Je reçois des bols, dis-je. « Mais noritto ? vague?"

Je ne sais pas. Je suis probablement le seul à ne pas être au courant il y a dix ans. Annie aussi, d'après l'expression de son visage.

"Noritto est comme" nori " - algue - et" burrito ". Poke dans un enveloppement d'algues et de riz », explique Paula. Elle pointe du doigt – oh ouais – des images sur le mur. Et, ahah. "La vague" est poke dans des tortillas de riz en forme de U, avec des emballages d'algues vert foncé. Tacos hawaïens, pourrait-on dire.

Les norittos et les vagues coûtent 11,99 $. Vous obtenez trois "tacos" dans le deal de vague. Les bols commencent également à 11,99 $, y compris deux boules de crème glacée de protéines. Vous pouvez passer à trois scoops pour 13,99 $, quatre pour 15,99 $.

«Je veux juste une salade», dit Annie. Et elle commande une salade pour enfant (7,99 $). Mais ensuite, elle ajoute le premier noritto au tableau, « Kapuni » (cela signifie « favori » en hawaïen). Oh mec. Outre les deux boules de votre choix de protéines, ils ajoutent de la chair de «crabe», de l'avocat, du concombre, de l'oignon doux cru et des noix de macadamia hachées. Et elle peut ajouter deux sauces. Un sésame et un ponzu aux agrumes.

Maintenant, Paula attrape une natte de bambou et y dépose un carré d'algues, une natte de riz cuit écrasé, puis du thon ahi et du saumon, et tous les autres ingrédients, puis l'enroule dans la natte de bambou, comme le font les restaurants de sushi traditionnels. .

Pour mon poke bowl (taille normale, 11,99 $), je regarde les listes vertigineuses de choix que je dois faire. Je choisis le thon épicé et le saumon pour les protéines, puis je laisse Paula s'en occuper. Elle empile le riz brun, les nouilles de riz, le faux crabe, la salade d'algues, un « mélange de mangue » d'ananas, de poivron rouge et de sauce chili douce, puis des betteraves, des tranches de radis, du masago orange vif (œufs de poisson), des oignons verts, du wasabi , coriandre, jalapeños, ail croquant, furikake (une algue sèche piquante avec du sésame), des fèves de soja vertes délicieuses et le plus important créateur de goût, le gingembre.

Nous recevons également un grand verre en plastique (doit faire 20 oz) de bière Sapporo chacun (6,99 $ à l'happy hour). Accord! Aurait pu avoir Stone Delicious, ou un Alesmith .394 au même prix. Ou une canette pour 4,99 $. Ou une canette de saké pour 8,49 $.

Nous emmenons tout dehors. Le soleil couchant inonde la terrasse. Les radiateurs sont allumés pour combattre la petite brise glaciale.

"Maintenant, il ne nous reste plus qu'à manger ça", dit Annie. « S'il vous plaît, ayez la moitié de la mienne. Je serai rassasié après la salade.

D'accord! À la vitesse de l'avidité, j'en attrape la moitié, je la croque. Juste pour l'aider.

Voici la chose cependant. Contrairement à la nourriture « hawaïenne » que vous obtenez dans les chaînes d'alimentation en assiette, ce produit est vraiment sain. Thon cru, saumon, tous ces légumes, œufs de poisson, fèves de soja. "En fait, c'est la vraie nourriture hawaïenne, avant l'arrivée des étrangers et l'introduction du bœuf, du SPAM, peu importe", explique Annie. Elle est allée à Hawaï. «Cet engouement pour le poke est génial, car il remonte à l'époque où la nourriture hawaïenne était hawaïenne. Moins de protéines, plus de glucides, beaucoup moins de matières grasses. Je pense que c'est beau.

Bien sûr, à l'époque, les pêcheurs découpaient simplement des poissons de récif plus petits (poussée signifie "couper en morceaux"), et peut-être il est (poulpe). Pas de thon. Certainement pas du saumon. Et certainement pas de mélange ananas/mangue pour ajouter de la couleur. Mais bon, pas de gros crime. Poke, c'est comme des sushis ou des pizzas. C'est en train de grandir. Sortir d'où il a commencé.

Je commence à faire mes valises, car comme d'habitude, les yeux étaient plus gros que l'estomac, et l'estomac n'est pas petit. Sentez-vous comme un python qui a avalé un cochon. Les goûts qui me restent sont le gingembre, le wasabi, la mangue, les algues, les radis, le soja, l'ail, le thon.

Mais le lendemain, hé hé ! Je suis revenu. Il suffit d'essayer la vague "taco". J'en reçois un de chaque, natch. Le « 123 » (au thon ahi), le Cali (au faux crabe) et le épicé (au thon épicé). Et les zillions d'autres objets cachés à l'intérieur. Alors que j'essaie, je ne peux en passer que deux. Ce qui me fait me demander quelque chose. Je vais demander à Ruthie la gérante.

« Oh oui », dit-elle. « Vous pouvez acheter une seule commande de trois vagues et la partager avec deux de vos amis. Aucun problème."

Ce qui signifierait quatre dollars chacun pour un "taco" vraiment copieux. Ajoutez des bières HH, et voilà ! Régalez-vous pour trois pour dix dollars chacun.

« Bien sûr, en parler me donne faim. Je descends le troisième taco. Appelez Annie. Avouer.


Poke 123 : la vraie cuisine hawaïenne avant l'arrivée du SPAM

Endroit

Poke 123 Coronado

1009 Orange Avenue, San Diego

Habituellement, quand je pense à la cuisine hawaïenne, je pense au SPAM sur du riz, au steak de hamburger sur du riz noyé dans la sauce, à l'assiette de porc en adobo avec du riz et à une "salade" de macaroni au fromage. Un délice, mais pas question de parler d'aliments santé.

Ensuite, je suis tombé ici. Poke 123. Tout neuf, avec une toute vieille façon de manger. On pourrait dire pré-européen. Pro-santé.

Deux membres de la Marine à la retraite viennent de l'ouvrir sur Orange Avenue à Coronado (ils ont ouvert leur premier restaurant poke il y a 18 mois à IB, étendu à Liberty Station en 2018, et maintenant ici). Bien sûr, poke est la chose en ce moment. Vous avez Poke Etc, la chaîne Sweetfin Poke, Good Time Poke, encore et encore. La première chose est que vous devez être prêt à manger cru. Pour moi, pas de problème. Sashimi, ceviche, steak tartare, gravlax, carpaccio, idem.

Mon amie Annie, pas tellement. La seule chose qu'elle mangera crue est la laitue. Quoi qu'il en soit, nous nous dirigeons vers cette entrée en angle, toute fraîchement repeinte en blanc et en bleu, juste à l'heure pour l'happy hour (16h-19h, tous les jours). Ce que j'aime, c'est qu'ils ont un petit patio à l'extérieur (avec un radiateur).

« Mais ils ont de la salade ? » dit Annie.

« Regarde juste », dis-je. Parce que tout est présenté ici, des morceaux de thon ahi mariné aux algues vertes. Vous remarquez : pas de matériel de cuisine, comme les réchauds. Nous mangeons de la dinde froide. D'accord, thon froid.

"Où allons-nous commencer?" Je demande à la fille, Paula.

« À cette fin, dit-elle. « Choisissez votre style. Bols, norittos ou vagues. Ensuite, choisissez votre protéine : fruits de mer, poulet ou tofu végétalien.

"D'accord. Je reçois des bols, dis-je. « Mais noritto ? vague?"

Je ne sais pas. Je suis probablement le seul à ne pas être au courant il y a dix ans. Annie aussi, d'après l'expression de son visage.

"Noritto est comme" nori " - algue - et " burrito ". Poke dans un enveloppement d'algues et de riz », explique Paula. Elle pointe du doigt – oh ouais – des images sur le mur. Et, ahah. "La vague" est poke dans des tortillas de riz en forme de U, avec des emballages d'algues vert foncé. Tacos hawaïens, pourrait-on dire.

Les norittos et les vagues coûtent 11,99 $. Vous obtenez trois "tacos" dans le deal de vague. Les bols commencent également à 11,99 $, y compris deux boules de crème glacée de protéines. Vous pouvez passer à trois scoops pour 13,99 $, quatre pour 15,99 $.

«Je veux juste une salade», dit Annie. Et elle commande une salade pour enfant (7,99 $). Mais ensuite, elle ajoute le premier noritto au tableau, « Kapuni » (cela signifie « favori » en hawaïen). Oh mec. Outre les deux boules de votre choix de protéines, ils ajoutent de la chair de «crabe», de l'avocat, du concombre, de l'oignon doux cru et des noix de macadamia hachées. Et elle peut ajouter deux sauces. Un sésame et un ponzu aux agrumes.

Maintenant, Paula attrape une natte de bambou et y dépose un carré d'algues, une natte de riz cuit écrasé, puis du thon ahi et du saumon, et tous les autres ingrédients, puis l'enroule dans la natte de bambou, comme le font les restaurants de sushi traditionnels. .

Pour mon poke bowl (taille normale, 11,99 $), je regarde les listes vertigineuses de choix que je dois faire. Je choisis le thon épicé et le saumon pour les protéines, puis je laisse Paula s'en occuper. Elle empile le riz brun, les nouilles de riz, le faux crabe, la salade d'algues, un « mélange de mangue » d'ananas, de poivron rouge et de sauce chili douce, puis des betteraves, des tranches de radis, du masago orange vif (œufs de poisson), des oignons verts, du wasabi , coriandre, jalapeños, ail croquant, furikake (une algue sèche piquante avec du sésame), des fèves de soja vertes délicieuses et le plus important créateur de goût, le gingembre.

Nous recevons également un grand verre en plastique (doit faire 20 oz) de bière Sapporo chacun (6,99 $ à l'happy hour). Accord! Aurait pu avoir Stone Delicious, ou un Alesmith .394 au même prix. Ou une canette pour 4,99 $. Ou une canette de saké pour 8,49 $.

Nous emmenons tout dehors. Le soleil couchant inonde la terrasse. Les radiateurs sont allumés pour combattre la petite brise glaciale.

"Maintenant, il ne nous reste plus qu'à manger ça", dit Annie. « S'il vous plaît, ayez la moitié de la mienne. Je serai rassasié après la salade.

D'accord! À la vitesse de l'avidité, j'en attrape la moitié, je la croque. Juste pour l'aider.

Voici la chose cependant. Contrairement à la nourriture « hawaïenne » que vous obtenez dans les chaînes alimentaires d'assiette, ce produit est vraiment sain. Thon cru, saumon, tous ces légumes, œufs de poisson, fèves de soja. "En fait, c'est la vraie nourriture hawaïenne, avant l'arrivée des étrangers et l'introduction du bœuf, du SPAM, peu importe", explique Annie. Elle est allée à Hawaï. «Cet engouement pour le poke est génial, car il remonte à l'époque où la nourriture hawaïenne était hawaïenne. Moins de protéines, plus de glucides, beaucoup moins de matières grasses. Je pense que c'est beau.

Bien sûr, à l'époque, les pêcheurs découpaient simplement des poissons de récif plus petits (poussée signifie "couper en morceaux"), et peut-être il est (poulpe). Pas de thon. Certainement pas du saumon. Et certainement pas de mélange ananas/mangue pour ajouter de la couleur. Mais bon, pas de gros crime. Poke, c'est comme des sushis ou des pizzas. C'est en train de grandir. Sortir d'où ça a commencé.

Je commence à faire mes valises, car comme d'habitude, les yeux étaient plus gros que l'estomac, et l'estomac n'est pas petit. Sentez-vous comme un python qui a avalé un cochon. Les goûts qui me restent sont le gingembre, le wasabi, la mangue, les algues, les radis, le soja, l'ail, le thon.

Mais le lendemain, hé hé ! Je suis revenu. Il suffit d'essayer la vague "taco". J'en reçois un de chaque, natch. Le « 123 » (au thon ahi), le Cali (au faux crabe) et le épicé (au thon épicé). Et les millions d'autres objets cachés à l'intérieur. Alors que j'essaie, je ne peux en passer que deux. Ce qui me fait me demander quelque chose. Je vais demander à Ruthie la gérante.

« Oh oui », dit-elle. « Vous pouvez acheter une seule commande de trois vagues et la partager avec deux de vos amis. Aucun problème."

Ce qui signifierait quatre dollars chacun pour un "taco" vraiment copieux. Ajoutez des bières HH, et voilà ! Régalez-vous pour trois pour dix dollars chacun.

« Bien sûr, en parler me donne faim. Je descends le troisième taco. Appelez Annie. Avouer.


Poke 123 : la vraie cuisine hawaïenne avant l'arrivée du SPAM

Endroit

Poke 123 Coronado

1009 Orange Avenue, San Diego

Habituellement, quand je pense à la cuisine hawaïenne, je pense au SPAM sur du riz, au steak de hamburger sur du riz noyé dans la sauce, à l'assiette de porc en adobo avec du riz et à une "salade" de macaroni au fromage. Un délice, mais pas question de parler d'aliments santé.

Ensuite, je suis tombé ici. Poke 123. Tout neuf, avec une toute vieille façon de manger. On pourrait dire pré-européen. Pro-santé.

Deux membres de la Marine à la retraite viennent de l'ouvrir sur Orange Avenue à Coronado (ils ont ouvert leur premier restaurant poke il y a 18 mois à IB, étendu à Liberty Station en 2018, et maintenant ici). Bien sûr, poke est la chose en ce moment. Vous avez Poke Etc, la chaîne Sweetfin Poke, Good Time Poke, encore et encore. La première chose est que vous devez être prêt à manger cru. Pour moi, pas de problème. Sashimi, ceviche, steak tartare, gravlax, carpaccio, idem.

Mon amie Annie, pas tellement. La seule chose qu'elle mangera crue est la laitue. Quoi qu'il en soit, nous nous dirigeons vers cette entrée en angle, toute fraîchement repeinte en blanc et en bleu, juste à l'heure pour l'happy hour (16h-19h, tous les jours). Ce que j'aime, c'est qu'ils ont un petit patio à l'extérieur (avec un radiateur).

« Mais ils ont de la salade ? » dit Annie.

« Regarde juste », dis-je. Parce que tout est présenté ici, des morceaux de thon ahi mariné aux algues vertes. Vous remarquez : pas de matériel de cuisine, comme les réchauds. Nous mangeons de la dinde froide. D'accord, thon froid.

"Où allons-nous commencer?" Je demande à la fille, Paula.

« À cette fin, dit-elle. « Choisissez votre style. Bols, norittos ou vagues. Ensuite, choisissez votre protéine : fruits de mer, poulet ou tofu végétalien.

"D'accord. Je reçois des bols, dis-je. « Mais noritto ? vague?"

Je ne sais pas. Je suis probablement le seul à ne pas être au courant il y a dix ans. Annie aussi, d'après l'expression de son visage.

"Noritto est comme" nori " - algue - et " burrito ". Poke dans un enveloppement d'algues et de riz », explique Paula. Elle pointe du doigt – oh ouais – des images sur le mur. Et, ahah. "La vague" est poke dans des tortillas de riz en forme de U, avec des emballages d'algues vert foncé. Tacos hawaïens, pourrait-on dire.

Les norittos et les vagues coûtent 11,99 $. Vous obtenez trois "tacos" dans le deal de vague. Les bols commencent également à 11,99 $, y compris deux boules de crème glacée de protéines. Vous pouvez passer à trois scoops pour 13,99 $, quatre pour 15,99 $.

«Je veux juste une salade», dit Annie. Et elle commande une salade pour enfant (7,99 $). Mais ensuite, elle ajoute le premier noritto au tableau, « Kapuni » (cela signifie « favori » en hawaïen). Oh mec. Outre les deux boules de votre choix de protéines, ils ajoutent de la chair de «crabe», de l'avocat, du concombre, de l'oignon doux cru et des noix de macadamia hachées. Et elle peut ajouter deux sauces. Un sésame et un ponzu aux agrumes.

Maintenant, Paula attrape une natte en bambou et dépose un carré d'algues, une natte de riz cuit écrasé sur le dessus, puis du thon ahi et du saumon, et tous les autres ingrédients, puis l'enroule dans la natte en bambou, tout comme le font les restaurants de sushi traditionnels. .

Pour mon poke bowl (taille normale, 11,99 $), je regarde les listes vertigineuses de choix que je dois faire. Je choisis le thon épicé et le saumon pour les protéines, puis je laisse Paula s'en occuper. Elle empile le riz brun, les nouilles de riz, le faux crabe, la salade d'algues, un « mélange de mangue » d'ananas, de poivron rouge et de sauce chili douce, puis des betteraves, des tranches de radis, du masago orange vif (œufs de poisson), des oignons verts, du wasabi , coriandre, jalapeños, ail croquant, furikake (une algue sèche piquante avec du sésame), des fèves de soja vertes délicieuses et le plus important créateur de goût, le gingembre.

Nous recevons également un grand verre en plastique (doit faire 20 oz) de bière Sapporo chacun (6,99 $ à l'happy hour). Accord! Aurait pu avoir Stone Delicious, ou un Alesmith .394 au même prix. Ou une canette pour 4,99 $. Ou une canette de saké pour 8,49 $.

Nous emmenons tout dehors. Le soleil couchant inonde la terrasse. Les radiateurs sont allumés pour combattre la petite brise glaciale.

"Maintenant, il ne nous reste plus qu'à manger ça", dit Annie. « S'il vous plaît, ayez la moitié de la mienne. Je serai rassasié après la salade.

D'accord! À la vitesse de l'avidité, j'en attrape la moitié, je la croque. Juste pour l'aider.

Voici la chose cependant. Contrairement à la nourriture « hawaïenne » que vous obtenez dans les chaînes alimentaires d'assiette, ce produit est vraiment sain. Thon cru, saumon, tous ces légumes, œufs de poisson, fèves de soja. "En fait, c'est la vraie nourriture hawaïenne, avant l'arrivée des étrangers et l'introduction du bœuf, du SPAM, peu importe", explique Annie. Elle est allée à Hawaï. «Cet engouement pour le poke est génial, car il remonte à l'époque où la nourriture hawaïenne était hawaïenne. Moins de protéines, plus de glucides, beaucoup moins de matières grasses. Je pense que c'est beau.

Bien sûr, à l'époque, les pêcheurs découpaient simplement des poissons de récif plus petits (poussée signifie "couper en morceaux"), et peut-être il est (poulpe). Pas de thon. Certainement pas du saumon. Et certainement pas de mélange ananas/mangue pour ajouter de la couleur. Mais bon, pas de gros crime. Poke, c'est comme des sushis ou des pizzas. C'est en train de grandir. Sortir d'où ça a commencé.

Je commence à faire mes valises, car comme d'habitude, les yeux étaient plus gros que l'estomac, et l'estomac n'est pas petit. Sentez-vous comme un python qui a avalé un cochon. Les goûts qui me restent sont le gingembre, le wasabi, la mangue, les algues, les radis, le soja, l'ail, le thon.

Mais le lendemain, hé hé ! Je suis revenu. Il suffit d'essayer la vague "taco". J'en reçois un de chaque, natch. Le « 123 » (au thon ahi), le Cali (au faux crabe) et le épicé (au thon épicé). Et les millions d'autres objets cachés à l'intérieur. Alors que j'essaie, je ne peux en passer que deux. Ce qui me fait me demander quelque chose. Je vais demander à Ruthie la gérante.

« Oh oui », dit-elle. « Vous pouvez acheter une seule commande de trois vagues et la partager avec deux de vos amis. Aucun problème."

Ce qui signifierait quatre dollars chacun pour un "taco" vraiment copieux. Ajoutez des bières HH, et voilà ! Régalez-vous pour trois pour dix dollars chacun.

« Bien sûr, en parler me donne faim. Je descends le troisième taco. Appelez Annie. Avouer.


Poke 123 : la vraie cuisine hawaïenne avant l'arrivée du SPAM

Endroit

Poke 123 Coronado

1009 Orange Avenue, San Diego

Habituellement, quand je pense à la cuisine hawaïenne, je pense au SPAM sur du riz, au steak de hamburger sur du riz noyé dans la sauce, à l'assiette de porc en adobo avec du riz et à une "salade" de macaroni au fromage. Un délice, mais pas question de parler d'aliments santé.

Ensuite, je suis tombé ici. Poke 123. Tout neuf, avec une toute vieille façon de manger. On pourrait dire pré-européen. Pro-santé.

Deux membres de la Marine à la retraite viennent de l'ouvrir sur Orange Avenue à Coronado (ils ont ouvert leur premier restaurant poke il y a 18 mois à IB, étendu à Liberty Station en 2018, et maintenant ici). Bien sûr, poke est la chose en ce moment. Vous avez Poke Etc, la chaîne Sweetfin Poke, Good Time Poke, et ainsi de suite. La première chose est que vous devez être prêt à manger cru. Pour moi, pas de problème. Sashimi, ceviche, steak tartare, gravlax, carpaccio, idem.

Mon amie Annie, pas tellement. La seule chose qu'elle mangera crue est la laitue. Quoi qu'il en soit, nous nous dirigeons vers cette entrée en angle, toute fraîchement repeinte en blanc et en bleu, juste à l'heure pour l'happy hour (16h-19h, tous les jours). Ce que j'aime, c'est qu'ils ont un petit patio à l'extérieur (avec un radiateur).

« Mais ils ont de la salade ? » dit Annie.

« Regarde juste », dis-je. Parce que tout est présenté ici, des morceaux de thon ahi mariné aux algues vertes. Vous remarquez : pas de matériel de cuisine, comme les réchauds. Nous mangeons de la dinde froide. D'accord, thon froid.

"Où allons-nous commencer?" Je demande à la fille, Paula.

« À cette fin, dit-elle. « Choisissez votre style. Bols, norittos ou vagues. Ensuite, choisissez votre protéine : fruits de mer, poulet ou tofu végétalien.

"D'accord. Je reçois des bols, dis-je. « Mais noritto ? vague?"

Je ne sais pas. Je suis probablement le seul à ne pas être au courant il y a dix ans. Annie aussi, d'après l'expression de son visage.

"Noritto est comme" nori " - algue - et" burrito ". Poke dans un enveloppement d'algues et de riz », explique Paula. Elle pointe du doigt – oh ouais – des images sur le mur. Et, ahah. "La vague" est poke dans des tortillas de riz en forme de U, avec des emballages d'algues vert foncé. Tacos hawaïens, pourrait-on dire.

Les norittos et les vagues coûtent 11,99 $. Vous obtenez trois "tacos" dans le deal de vague. Les bols commencent également à 11,99 $, y compris deux boules de crème glacée de protéines. Vous pouvez passer à trois scoops pour 13,99 $, quatre pour 15,99 $.

«Je veux juste une salade», dit Annie. Et elle commande une salade pour enfant (7,99 $). Mais ensuite, elle ajoute le premier noritto au tableau, « Kapuni » (cela signifie « favori » en hawaïen). Oh mec. Outre les deux boules de votre choix de protéines, ils ajoutent de la chair de «crabe», de l'avocat, du concombre, de l'oignon doux cru et des noix de macadamia hachées. Et elle peut ajouter deux sauces. Un sésame et un ponzu aux agrumes.

Maintenant, Paula attrape une natte en bambou et dépose un carré d'algues, une natte de riz cuit écrasé sur le dessus, puis du thon ahi et du saumon, et tous les autres ingrédients, puis l'enroule dans la natte en bambou, tout comme le font les restaurants de sushi traditionnels. .

Pour mon poke bowl (taille normale, 11,99 $), je regarde les listes vertigineuses de choix que je dois faire. Je choisis le thon épicé et le saumon pour les protéines, puis je laisse Paula s'en occuper. Elle empile le riz complet, les nouilles de riz, l'imitation de crabe, la salade d'algues, un "mélange de mangue" d'ananas, de poivron rouge et de sauce chili douce, puis des betteraves, des tranches de radis, du masago orange vif (œufs de poisson), des oignons verts, du wasabi , coriandre, jalapeños, ail croquant, furikake (une algue sèche piquante avec du sésame), des fèves de soja vertes délicieuses et le plus important créateur de goût, le gingembre.

Nous recevons également un grand verre en plastique (doit faire 20 oz) de bière Sapporo chacun (6,99 $ à l'happy hour). Accord! Aurait pu avoir Stone Delicious, ou un Alesmith .394 au même prix. Ou une canette pour 4,99 $. Ou une canette de saké pour 8,49 $.

Nous emmenons tout dehors. Le soleil couchant inonde la terrasse. Les radiateurs sont allumés pour combattre la petite brise glaciale.

"Maintenant, il ne nous reste plus qu'à manger ça", dit Annie. « S'il vous plaît, ayez la moitié de la mienne. Je serai rassasié après la salade.

D'accord! À la vitesse de l'avidité, j'en attrape la moitié, je la croque. Juste pour l'aider.

Voici la chose cependant. Contrairement à la nourriture « hawaïenne » que vous obtenez dans les chaînes d'alimentation en assiette, ce produit est vraiment sain. Thon cru, saumon, tous ces légumes, œufs de poisson, fèves de soja. "En fait, c'est la vraie nourriture hawaïenne, avant l'arrivée des étrangers et l'introduction du bœuf, du SPAM, peu importe", explique Annie. Elle est allée à Hawaï. «Cet engouement pour le poke est génial, car il remonte à l'époque où la nourriture hawaïenne était hawaïenne. Moins de protéines, plus de glucides, beaucoup moins de matières grasses. Je pense que c'est beau.

Bien sûr, à l'époque, les pêcheurs découpaient simplement des poissons de récif plus petits (poussée signifie "couper en morceaux"), et peut-être il est (poulpe). Pas de thon. Certainement pas du saumon. Et certainement pas de mélange ananas/mangue pour ajouter de la couleur. Mais bon, pas de gros crime. Poke, c'est comme des sushis ou des pizzas. C'est en train de grandir. Sortir d'où il a commencé.

Je commence à faire mes valises, car comme d'habitude, les yeux étaient plus gros que l'estomac, et l'estomac n'est pas petit. Sentez-vous comme un python qui a avalé un cochon. Les goûts qui me restent sont le gingembre, le wasabi, la mangue, les algues, les radis, le soja, l'ail, le thon.

Mais le lendemain, hé hé ! Je suis revenu. Il suffit d'essayer la vague "taco". J'en reçois un de chaque, natch. Le « 123 » (au thon ahi), le Cali (au faux crabe) et le épicé (au thon épicé). Et les zillions d'autres objets cachés à l'intérieur. Alors que j'essaie, je ne peux en passer que deux. Ce qui me fait me demander quelque chose. Je vais demander à Ruthie la gérante.

« Oh oui », dit-elle. « Vous pouvez acheter une seule commande de trois vagues et la partager avec deux de vos amis. Aucun problème."

Ce qui signifierait quatre dollars chacun pour un "taco" vraiment copieux. Ajoutez des bières HH, et voilà ! Régalez-vous pour trois pour dix dollars chacun.

« Bien sûr, en parler me donne faim. Je descends le troisième taco. Appelez Annie. Avouer.


Poke 123 : la vraie cuisine hawaïenne avant l'arrivée du SPAM

Endroit

Poke 123 Coronado

1009 Orange Avenue, San Diego

Habituellement, quand je pense à la cuisine hawaïenne, je pense au SPAM sur du riz, au steak de hamburger sur du riz noyé dans la sauce, à l'assiette de porc en adobo avec du riz et à une "salade" de macaroni au fromage. Un délice, mais pas question de parler d'aliments santé.

Ensuite, je suis tombé ici. Poke 123. Tout neuf, avec une toute vieille façon de manger. On pourrait dire pré-européen. Pro-santé.

Deux membres de la Marine à la retraite viennent de l'ouvrir sur Orange Avenue à Coronado (ils ont ouvert leur premier restaurant poke il y a 18 mois à IB, étendu à Liberty Station en 2018, et maintenant ici). Bien sûr, poke est la chose en ce moment. Vous avez Poke Etc, la chaîne Sweetfin Poke, Good Time Poke, encore et encore. La première chose est que vous devez être prêt à manger cru. Pour moi, pas de problème. Sashimi, ceviche, steak tartare, gravlax, carpaccio, idem.

Mon amie Annie, pas tellement. La seule chose qu'elle mangera crue est la laitue. Quoi qu'il en soit, nous nous dirigeons vers cette entrée en angle, toute fraîchement repeinte en blanc et en bleu, juste à l'heure pour l'happy hour (16h-19h, tous les jours). Ce que j'aime, c'est qu'ils ont un petit patio à l'extérieur (avec un radiateur).

« Mais ils ont de la salade ? » dit Annie.

« Regarde juste », dis-je. Parce que tout est présenté ici, des morceaux de thon ahi mariné aux algues vertes. Vous remarquez : pas de matériel de cuisine, comme les réchauds. Nous mangeons de la dinde froide. D'accord, thon froid.

"Où allons-nous commencer?" Je demande à la fille, Paula.

« À cette fin, dit-elle. « Choisissez votre style. Bols, norittos ou vagues. Ensuite, choisissez votre protéine : fruits de mer, poulet ou tofu végétalien.

"D'accord. Je reçois des bols, dis-je. « Mais noritto ? vague?"

Je ne sais pas. Je suis probablement le seul à ne pas être au courant il y a dix ans. Annie aussi, d'après l'expression de son visage.

"Noritto est comme" nori " - algue - et " burrito ". Poke dans un enveloppement d'algues et de riz », explique Paula. Elle pointe du doigt – oh ouais – des images sur le mur. Et, ahah. "La vague" est poke dans des tortillas de riz en forme de U, avec des emballages d'algues vert foncé. Tacos hawaïens, pourrait-on dire.

Les norittos et les vagues coûtent 11,99 $. Vous obtenez trois "tacos" dans le deal de vague. Les bols commencent également à 11,99 $, y compris deux boules de crème glacée de protéines. Vous pouvez passer à trois scoops pour 13,99 $, quatre pour 15,99 $.

«Je veux juste une salade», dit Annie. Et elle commande une salade pour enfant (7,99 $). Mais ensuite, elle ajoute le premier noritto au tableau, « Kapuni » (cela signifie « favori » en hawaïen). Oh mec. Outre les deux boules de votre choix de protéines, ils ajoutent de la chair de «crabe», de l'avocat, du concombre, de l'oignon doux cru et des noix de macadamia hachées. Et elle peut ajouter deux sauces. Un sésame et un ponzu aux agrumes.

Maintenant, Paula attrape une natte de bambou et y dépose un carré d'algues, une natte de riz cuit écrasé, puis du thon ahi et du saumon, et tous les autres ingrédients, puis l'enroule dans la natte de bambou, comme le font les restaurants de sushi traditionnels. .

Pour mon poke bowl (taille normale, 11,99 $), je regarde les listes vertigineuses de choix que je dois faire. Je choisis le thon épicé et le saumon pour les protéines, puis je laisse Paula s'en occuper. Elle empile le riz brun, les nouilles de riz, le faux crabe, la salade d'algues, un « mélange de mangue » d'ananas, de poivron rouge et de sauce chili douce, puis des betteraves, des tranches de radis, du masago orange vif (œufs de poisson), des oignons verts, du wasabi , coriandre, jalapeños, ail croquant, furikake (une algue sèche piquante avec du sésame), des fèves de soja vertes délicieuses et le plus important créateur de goût, le gingembre.

Nous recevons également un grand verre en plastique (doit faire 20 oz) de bière Sapporo chacun (6,99 $ à l'happy hour). Accord! Aurait pu avoir Stone Delicious, ou un Alesmith .394 au même prix. Ou une canette pour 4,99 $. Ou une canette de saké pour 8,49 $.

Nous emmenons tout dehors. Le soleil couchant inonde la terrasse. Les radiateurs sont allumés pour combattre la petite brise glaciale.

"Maintenant, il ne nous reste plus qu'à manger ça", dit Annie. « S'il vous plaît, ayez la moitié de la mienne. Je serai rassasié après la salade.

D'accord! À la vitesse de l'avidité, j'en attrape la moitié, je la croque. Juste pour l'aider.

Voici la chose cependant. Contrairement à la nourriture « hawaïenne » que vous obtenez dans les chaînes alimentaires d'assiette, ce produit est vraiment sain. Thon cru, saumon, tous ces légumes, œufs de poisson, fèves de soja. "En fait, c'est la vraie nourriture hawaïenne, avant l'arrivée des étrangers et l'introduction du bœuf, du SPAM, peu importe", explique Annie. Elle est allée à Hawaï. «Cet engouement pour le poke est génial, car il remonte à l'époque où la nourriture hawaïenne était hawaïenne. Moins de protéines, plus de glucides, beaucoup moins de matières grasses. Je pense que c'est beau.

Bien sûr, à l'époque, les pêcheurs découpaient simplement des poissons de récif plus petits (poussée signifie "couper en morceaux"), et peut-être il est (poulpe). Pas de thon. Certainement pas du saumon. Et certainement pas de mélange ananas/mangue pour ajouter de la couleur. Mais bon, pas de gros crime. Poke, c'est comme des sushis ou des pizzas. C'est en train de grandir. Sortir d'où il a commencé.

Je commence à faire mes valises, car comme d'habitude, les yeux étaient plus gros que l'estomac, et l'estomac n'est pas petit. Feel like a python that swallowed a pig. The tastes that stay with me are ginger, wasabi, mango, seaweed, radishes, soy, garlic, tuna.

But next day, hey hey! I’m back. Just have to try the wave “taco.” I get one of each, natch. The “123,” (with ahi tuna), the Cali (with imitation crab), and the spicy (with spicy tuna). And the zillion other items hidden inside. Hard as I try, I can only get through two. Which makes me wonder something. I go ask Ruthie the manager.

“Oh yes,” she says. “You can buy a single order of three waves and share it with two of your buddies. No problem.”

Which would mean four bucks each for a really filling “taco.” Add HH beers, and voilà! Feast for three for ten bucks each.

‘Course talking about it makes me hungry. I down the third taco. Call Annie. Confess.


Poke 123: real Hawaiian food before SPAM arrived

Endroit

Poke 123 Coronado

1009 Orange Avenue, San Diego

Usually, when I think Hawaiian food, I’m thinking SPAM on rice, hamburger steak on rice drowned in gravy, pork adobo plate with rice and a “salad” of mac and cheese. Delish, but no way we’re talking health food.

Then I dropped in here. Poke 123. Brand new, with a brand old way of eating. You could say pre-European. Pro-healthy.

Two retired Navy guys just opened it on Orange Avenue in Coronado (they opened their first poke restaurant 18 months ago in IB, expanded to Liberty Station in 2018, and now here). Of course, poke is the thing right now. You have Poke Etc, the Sweetfin Poke chain, Good Time Poke, on and on. First thing is, you’ve gotta be ready to eat raw. For me, no probbo. Sashimi, ceviche, steak tartare, gravlax, carpaccio, same-same.

My friend Annie, not so much. Only thing she’ll eat raw is lettuce. Whatever, we head in to this angled entrance, all fresh-painted in whites and blues, right on time for happy hour (4-7 pm, every day). What I like is they have a little patio outside (with a heater).

“But do they have salad?” says Annie.

“Just look,” I say. Because it’s all laid out here, from chunks of marinated ahi tuna to green seaweed. You notice: no cooking equipment, like stoves. We’re eating cold-turkey. Okay, cold-tuna.

“Where do we start?” I ask the gal, Paula.

“At this end,” she says. “Choose your style. Bowls, norittos, or waves. Then choose your protein: seafood, chicken, or vegan tofu.”

"D'accord. Bowls I get,” I say. “But noritto? wave?”

I dunno. I’m probably the only guy who didn’t get up to speed on this ten years ago. Annie too, from the expression on her face.

“Noritto is like ‘nori’ — seaweed — and ‘burrito.’ Poke in a seaweed and rice wrap,” Paula explains. She points to — oh yeah — pictures on the wall. And, aha. “The wave” is poke in U-shaped rice tortillas, with dark green seaweed wrappers. Hawaiian tacos, you might say.

Norittos and waves cost $11.99. You get three “tacos” in the wave deal. Bowls start at $11.99 too, including two ice cream scoops of proteins. You can upgrade to three scoops for $13.99, four for $15.99.

“I just want a salad,” says Annie. And she orders a kid-size salad ($7.99). But then she adds the first noritto on the board, “Kapuni” (it means “favorite” in Hawaiian). Oh man. Apart from the two scoops of your choice of protein, they throw in “crab” meat, avocado, cucumber, raw sweet onion, and chopped macadamia nuts. And she gets to add two sauces. A sesame, and a citrus ponzu.

Now Paula grabs a bamboo mat and lays down a square of seaweed, a mat of crushed cooked rice on top, then ahi tuna and salmon, and all the other ingredients, then rolls it up in the bamboo mat, just like traditional sushi places do.

For my poke bowl (regular size, $11.99), I look at the dizzying lists of choices I’ve got to make. I pick the spicy tuna and salmon for protein, and then let Paula have at it. She piles up the brown rice, rice noodles, imitation crab, seaweed salad, a “mango mix” of pineapple, red pepper, and sweet chili sauce, then beets, radish slices, bright orange masago (fish eggs), green onions, wasabi, cilantro, jalapeños, crunchy garlic, furikake (a tangy dry seaweed with sesame), delish green soy beans, and the most important taste-maker, ginger.

We also get a large plastic glass (must be 20oz) of Sapporo beer each ($6.99 at happy hour). Deal! Could have had Stone Delicious, or an Alesmith .394 at the same price. Or a can for $4.99. Or a can of sake for $8.49.

We take it all outside. Setting sun’s flooding the patio. Heaters are turned on to fight the icy little breeze.

“Now all we’ve got to do is eat this,” says Annie. “Please have half mine. I’ll be full after the salad.”

All right! At the speed of greed I grab half, chow it down. Just to help her out.

Here’s the thing though. Unlike the “Hawaiian” food you get at plate food chains, this stuff really feels healthy. Raw tuna, salmon, all those veggies, fish eggs, soy beans. “Actually, this is the real Hawaiian food, before outsiders arrived and introduced beef, SPAM, whatever,” says Annie. She’s been to Hawaii. “This poke craze is great, because it’s going back to the time when Hawaiian food was Hawaiian. Less protein, more carbs, way less fat. I think it’s beautiful.”

Of course, back in the day, fishermen just cut up smaller reef fish (poke means “cut into chunks”), and maybe he’e (octopus). Not tuna. Definitely not salmon. And definitely no pineapple/mango mix to add color. But hey, no big crime. Poke’s like sushi, or pizza. It’s growing up. Breaking out from where it started.

I start packing, because as usual, eyes were bigger than stomach, and stomach ain’t small. Feel like a python that swallowed a pig. The tastes that stay with me are ginger, wasabi, mango, seaweed, radishes, soy, garlic, tuna.

But next day, hey hey! I’m back. Just have to try the wave “taco.” I get one of each, natch. The “123,” (with ahi tuna), the Cali (with imitation crab), and the spicy (with spicy tuna). And the zillion other items hidden inside. Hard as I try, I can only get through two. Which makes me wonder something. I go ask Ruthie the manager.

“Oh yes,” she says. “You can buy a single order of three waves and share it with two of your buddies. No problem.”

Which would mean four bucks each for a really filling “taco.” Add HH beers, and voilà! Feast for three for ten bucks each.

‘Course talking about it makes me hungry. I down the third taco. Call Annie. Confess.


Poke 123: real Hawaiian food before SPAM arrived

Endroit

Poke 123 Coronado

1009 Orange Avenue, San Diego

Usually, when I think Hawaiian food, I’m thinking SPAM on rice, hamburger steak on rice drowned in gravy, pork adobo plate with rice and a “salad” of mac and cheese. Delish, but no way we’re talking health food.

Then I dropped in here. Poke 123. Brand new, with a brand old way of eating. You could say pre-European. Pro-healthy.

Two retired Navy guys just opened it on Orange Avenue in Coronado (they opened their first poke restaurant 18 months ago in IB, expanded to Liberty Station in 2018, and now here). Of course, poke is the thing right now. You have Poke Etc, the Sweetfin Poke chain, Good Time Poke, on and on. First thing is, you’ve gotta be ready to eat raw. For me, no probbo. Sashimi, ceviche, steak tartare, gravlax, carpaccio, same-same.

My friend Annie, not so much. Only thing she’ll eat raw is lettuce. Whatever, we head in to this angled entrance, all fresh-painted in whites and blues, right on time for happy hour (4-7 pm, every day). What I like is they have a little patio outside (with a heater).

“But do they have salad?” says Annie.

“Just look,” I say. Because it’s all laid out here, from chunks of marinated ahi tuna to green seaweed. You notice: no cooking equipment, like stoves. We’re eating cold-turkey. Okay, cold-tuna.

“Where do we start?” I ask the gal, Paula.

“At this end,” she says. “Choose your style. Bowls, norittos, or waves. Then choose your protein: seafood, chicken, or vegan tofu.”

"D'accord. Bowls I get,” I say. “But noritto? wave?”

I dunno. I’m probably the only guy who didn’t get up to speed on this ten years ago. Annie too, from the expression on her face.

“Noritto is like ‘nori’ — seaweed — and ‘burrito.’ Poke in a seaweed and rice wrap,” Paula explains. She points to — oh yeah — pictures on the wall. And, aha. “The wave” is poke in U-shaped rice tortillas, with dark green seaweed wrappers. Hawaiian tacos, you might say.

Norittos and waves cost $11.99. You get three “tacos” in the wave deal. Bowls start at $11.99 too, including two ice cream scoops of proteins. You can upgrade to three scoops for $13.99, four for $15.99.

“I just want a salad,” says Annie. And she orders a kid-size salad ($7.99). But then she adds the first noritto on the board, “Kapuni” (it means “favorite” in Hawaiian). Oh man. Apart from the two scoops of your choice of protein, they throw in “crab” meat, avocado, cucumber, raw sweet onion, and chopped macadamia nuts. And she gets to add two sauces. A sesame, and a citrus ponzu.

Now Paula grabs a bamboo mat and lays down a square of seaweed, a mat of crushed cooked rice on top, then ahi tuna and salmon, and all the other ingredients, then rolls it up in the bamboo mat, just like traditional sushi places do.

For my poke bowl (regular size, $11.99), I look at the dizzying lists of choices I’ve got to make. I pick the spicy tuna and salmon for protein, and then let Paula have at it. She piles up the brown rice, rice noodles, imitation crab, seaweed salad, a “mango mix” of pineapple, red pepper, and sweet chili sauce, then beets, radish slices, bright orange masago (fish eggs), green onions, wasabi, cilantro, jalapeños, crunchy garlic, furikake (a tangy dry seaweed with sesame), delish green soy beans, and the most important taste-maker, ginger.

We also get a large plastic glass (must be 20oz) of Sapporo beer each ($6.99 at happy hour). Deal! Could have had Stone Delicious, or an Alesmith .394 at the same price. Or a can for $4.99. Or a can of sake for $8.49.

We take it all outside. Setting sun’s flooding the patio. Heaters are turned on to fight the icy little breeze.

“Now all we’ve got to do is eat this,” says Annie. “Please have half mine. I’ll be full after the salad.”

All right! At the speed of greed I grab half, chow it down. Just to help her out.

Here’s the thing though. Unlike the “Hawaiian” food you get at plate food chains, this stuff really feels healthy. Raw tuna, salmon, all those veggies, fish eggs, soy beans. “Actually, this is the real Hawaiian food, before outsiders arrived and introduced beef, SPAM, whatever,” says Annie. She’s been to Hawaii. “This poke craze is great, because it’s going back to the time when Hawaiian food was Hawaiian. Less protein, more carbs, way less fat. I think it’s beautiful.”

Of course, back in the day, fishermen just cut up smaller reef fish (poke means “cut into chunks”), and maybe he’e (octopus). Not tuna. Definitely not salmon. And definitely no pineapple/mango mix to add color. But hey, no big crime. Poke’s like sushi, or pizza. It’s growing up. Breaking out from where it started.

I start packing, because as usual, eyes were bigger than stomach, and stomach ain’t small. Feel like a python that swallowed a pig. The tastes that stay with me are ginger, wasabi, mango, seaweed, radishes, soy, garlic, tuna.

But next day, hey hey! I’m back. Just have to try the wave “taco.” I get one of each, natch. The “123,” (with ahi tuna), the Cali (with imitation crab), and the spicy (with spicy tuna). And the zillion other items hidden inside. Hard as I try, I can only get through two. Which makes me wonder something. I go ask Ruthie the manager.

“Oh yes,” she says. “You can buy a single order of three waves and share it with two of your buddies. No problem.”

Which would mean four bucks each for a really filling “taco.” Add HH beers, and voilà! Feast for three for ten bucks each.

‘Course talking about it makes me hungry. I down the third taco. Call Annie. Confess.


Poke 123: real Hawaiian food before SPAM arrived

Endroit

Poke 123 Coronado

1009 Orange Avenue, San Diego

Usually, when I think Hawaiian food, I’m thinking SPAM on rice, hamburger steak on rice drowned in gravy, pork adobo plate with rice and a “salad” of mac and cheese. Delish, but no way we’re talking health food.

Then I dropped in here. Poke 123. Brand new, with a brand old way of eating. You could say pre-European. Pro-healthy.

Two retired Navy guys just opened it on Orange Avenue in Coronado (they opened their first poke restaurant 18 months ago in IB, expanded to Liberty Station in 2018, and now here). Of course, poke is the thing right now. You have Poke Etc, the Sweetfin Poke chain, Good Time Poke, on and on. First thing is, you’ve gotta be ready to eat raw. For me, no probbo. Sashimi, ceviche, steak tartare, gravlax, carpaccio, same-same.

My friend Annie, not so much. Only thing she’ll eat raw is lettuce. Whatever, we head in to this angled entrance, all fresh-painted in whites and blues, right on time for happy hour (4-7 pm, every day). What I like is they have a little patio outside (with a heater).

“But do they have salad?” says Annie.

“Just look,” I say. Because it’s all laid out here, from chunks of marinated ahi tuna to green seaweed. You notice: no cooking equipment, like stoves. We’re eating cold-turkey. Okay, cold-tuna.

“Where do we start?” I ask the gal, Paula.

“At this end,” she says. “Choose your style. Bowls, norittos, or waves. Then choose your protein: seafood, chicken, or vegan tofu.”

"D'accord. Bowls I get,” I say. “But noritto? wave?”

I dunno. I’m probably the only guy who didn’t get up to speed on this ten years ago. Annie too, from the expression on her face.

“Noritto is like ‘nori’ — seaweed — and ‘burrito.’ Poke in a seaweed and rice wrap,” Paula explains. She points to — oh yeah — pictures on the wall. And, aha. “The wave” is poke in U-shaped rice tortillas, with dark green seaweed wrappers. Hawaiian tacos, you might say.

Norittos and waves cost $11.99. You get three “tacos” in the wave deal. Bowls start at $11.99 too, including two ice cream scoops of proteins. You can upgrade to three scoops for $13.99, four for $15.99.

“I just want a salad,” says Annie. And she orders a kid-size salad ($7.99). But then she adds the first noritto on the board, “Kapuni” (it means “favorite” in Hawaiian). Oh man. Apart from the two scoops of your choice of protein, they throw in “crab” meat, avocado, cucumber, raw sweet onion, and chopped macadamia nuts. And she gets to add two sauces. A sesame, and a citrus ponzu.

Now Paula grabs a bamboo mat and lays down a square of seaweed, a mat of crushed cooked rice on top, then ahi tuna and salmon, and all the other ingredients, then rolls it up in the bamboo mat, just like traditional sushi places do.

For my poke bowl (regular size, $11.99), I look at the dizzying lists of choices I’ve got to make. I pick the spicy tuna and salmon for protein, and then let Paula have at it. She piles up the brown rice, rice noodles, imitation crab, seaweed salad, a “mango mix” of pineapple, red pepper, and sweet chili sauce, then beets, radish slices, bright orange masago (fish eggs), green onions, wasabi, cilantro, jalapeños, crunchy garlic, furikake (a tangy dry seaweed with sesame), delish green soy beans, and the most important taste-maker, ginger.

We also get a large plastic glass (must be 20oz) of Sapporo beer each ($6.99 at happy hour). Deal! Could have had Stone Delicious, or an Alesmith .394 at the same price. Or a can for $4.99. Or a can of sake for $8.49.

We take it all outside. Setting sun’s flooding the patio. Heaters are turned on to fight the icy little breeze.

“Now all we’ve got to do is eat this,” says Annie. “Please have half mine. I’ll be full after the salad.”

All right! At the speed of greed I grab half, chow it down. Just to help her out.

Here’s the thing though. Unlike the “Hawaiian” food you get at plate food chains, this stuff really feels healthy. Raw tuna, salmon, all those veggies, fish eggs, soy beans. “Actually, this is the real Hawaiian food, before outsiders arrived and introduced beef, SPAM, whatever,” says Annie. She’s been to Hawaii. “This poke craze is great, because it’s going back to the time when Hawaiian food was Hawaiian. Less protein, more carbs, way less fat. I think it’s beautiful.”

Of course, back in the day, fishermen just cut up smaller reef fish (poke means “cut into chunks”), and maybe he’e (octopus). Not tuna. Definitely not salmon. And definitely no pineapple/mango mix to add color. But hey, no big crime. Poke’s like sushi, or pizza. It’s growing up. Breaking out from where it started.

I start packing, because as usual, eyes were bigger than stomach, and stomach ain’t small. Feel like a python that swallowed a pig. The tastes that stay with me are ginger, wasabi, mango, seaweed, radishes, soy, garlic, tuna.

But next day, hey hey! I’m back. Just have to try the wave “taco.” I get one of each, natch. The “123,” (with ahi tuna), the Cali (with imitation crab), and the spicy (with spicy tuna). And the zillion other items hidden inside. Hard as I try, I can only get through two. Which makes me wonder something. I go ask Ruthie the manager.

“Oh yes,” she says. “You can buy a single order of three waves and share it with two of your buddies. No problem.”

Which would mean four bucks each for a really filling “taco.” Add HH beers, and voilà! Feast for three for ten bucks each.

‘Course talking about it makes me hungry. I down the third taco. Call Annie. Confess.


Poke 123: real Hawaiian food before SPAM arrived

Endroit

Poke 123 Coronado

1009 Orange Avenue, San Diego

Usually, when I think Hawaiian food, I’m thinking SPAM on rice, hamburger steak on rice drowned in gravy, pork adobo plate with rice and a “salad” of mac and cheese. Delish, but no way we’re talking health food.

Then I dropped in here. Poke 123. Brand new, with a brand old way of eating. You could say pre-European. Pro-healthy.

Two retired Navy guys just opened it on Orange Avenue in Coronado (they opened their first poke restaurant 18 months ago in IB, expanded to Liberty Station in 2018, and now here). Of course, poke is the thing right now. You have Poke Etc, the Sweetfin Poke chain, Good Time Poke, on and on. First thing is, you’ve gotta be ready to eat raw. For me, no probbo. Sashimi, ceviche, steak tartare, gravlax, carpaccio, same-same.

My friend Annie, not so much. Only thing she’ll eat raw is lettuce. Whatever, we head in to this angled entrance, all fresh-painted in whites and blues, right on time for happy hour (4-7 pm, every day). What I like is they have a little patio outside (with a heater).

“But do they have salad?” says Annie.

“Just look,” I say. Because it’s all laid out here, from chunks of marinated ahi tuna to green seaweed. You notice: no cooking equipment, like stoves. We’re eating cold-turkey. Okay, cold-tuna.

“Where do we start?” I ask the gal, Paula.

“At this end,” she says. “Choose your style. Bowls, norittos, or waves. Then choose your protein: seafood, chicken, or vegan tofu.”

"D'accord. Bowls I get,” I say. “But noritto? wave?”

I dunno. I’m probably the only guy who didn’t get up to speed on this ten years ago. Annie too, from the expression on her face.

“Noritto is like ‘nori’ — seaweed — and ‘burrito.’ Poke in a seaweed and rice wrap,” Paula explains. She points to — oh yeah — pictures on the wall. And, aha. “The wave” is poke in U-shaped rice tortillas, with dark green seaweed wrappers. Hawaiian tacos, you might say.

Norittos and waves cost $11.99. You get three “tacos” in the wave deal. Bowls start at $11.99 too, including two ice cream scoops of proteins. You can upgrade to three scoops for $13.99, four for $15.99.

“I just want a salad,” says Annie. And she orders a kid-size salad ($7.99). But then she adds the first noritto on the board, “Kapuni” (it means “favorite” in Hawaiian). Oh man. Apart from the two scoops of your choice of protein, they throw in “crab” meat, avocado, cucumber, raw sweet onion, and chopped macadamia nuts. And she gets to add two sauces. A sesame, and a citrus ponzu.

Now Paula grabs a bamboo mat and lays down a square of seaweed, a mat of crushed cooked rice on top, then ahi tuna and salmon, and all the other ingredients, then rolls it up in the bamboo mat, just like traditional sushi places do.

For my poke bowl (regular size, $11.99), I look at the dizzying lists of choices I’ve got to make. I pick the spicy tuna and salmon for protein, and then let Paula have at it. She piles up the brown rice, rice noodles, imitation crab, seaweed salad, a “mango mix” of pineapple, red pepper, and sweet chili sauce, then beets, radish slices, bright orange masago (fish eggs), green onions, wasabi, cilantro, jalapeños, crunchy garlic, furikake (a tangy dry seaweed with sesame), delish green soy beans, and the most important taste-maker, ginger.

We also get a large plastic glass (must be 20oz) of Sapporo beer each ($6.99 at happy hour). Deal! Could have had Stone Delicious, or an Alesmith .394 at the same price. Or a can for $4.99. Or a can of sake for $8.49.

We take it all outside. Setting sun’s flooding the patio. Heaters are turned on to fight the icy little breeze.

“Now all we’ve got to do is eat this,” says Annie. “Please have half mine. I’ll be full after the salad.”

All right! At the speed of greed I grab half, chow it down. Just to help her out.

Here’s the thing though. Unlike the “Hawaiian” food you get at plate food chains, this stuff really feels healthy. Raw tuna, salmon, all those veggies, fish eggs, soy beans. “Actually, this is the real Hawaiian food, before outsiders arrived and introduced beef, SPAM, whatever,” says Annie. She’s been to Hawaii. “This poke craze is great, because it’s going back to the time when Hawaiian food was Hawaiian. Less protein, more carbs, way less fat. I think it’s beautiful.”

Of course, back in the day, fishermen just cut up smaller reef fish (poke means “cut into chunks”), and maybe he’e (octopus). Not tuna. Definitely not salmon. And definitely no pineapple/mango mix to add color. But hey, no big crime. Poke’s like sushi, or pizza. It’s growing up. Breaking out from where it started.

I start packing, because as usual, eyes were bigger than stomach, and stomach ain’t small. Feel like a python that swallowed a pig. The tastes that stay with me are ginger, wasabi, mango, seaweed, radishes, soy, garlic, tuna.

But next day, hey hey! I’m back. Just have to try the wave “taco.” I get one of each, natch. The “123,” (with ahi tuna), the Cali (with imitation crab), and the spicy (with spicy tuna). And the zillion other items hidden inside. Hard as I try, I can only get through two. Which makes me wonder something. I go ask Ruthie the manager.

“Oh yes,” she says. “You can buy a single order of three waves and share it with two of your buddies. No problem.”

Which would mean four bucks each for a really filling “taco.” Add HH beers, and voilà! Feast for three for ten bucks each.

‘Course talking about it makes me hungry. I down the third taco. Call Annie. Confess.


Poke 123: real Hawaiian food before SPAM arrived

Endroit

Poke 123 Coronado

1009 Orange Avenue, San Diego

Usually, when I think Hawaiian food, I’m thinking SPAM on rice, hamburger steak on rice drowned in gravy, pork adobo plate with rice and a “salad” of mac and cheese. Delish, but no way we’re talking health food.

Then I dropped in here. Poke 123. Brand new, with a brand old way of eating. You could say pre-European. Pro-healthy.

Two retired Navy guys just opened it on Orange Avenue in Coronado (they opened their first poke restaurant 18 months ago in IB, expanded to Liberty Station in 2018, and now here). Of course, poke is the thing right now. You have Poke Etc, the Sweetfin Poke chain, Good Time Poke, on and on. First thing is, you’ve gotta be ready to eat raw. For me, no probbo. Sashimi, ceviche, steak tartare, gravlax, carpaccio, same-same.

My friend Annie, not so much. Only thing she’ll eat raw is lettuce. Whatever, we head in to this angled entrance, all fresh-painted in whites and blues, right on time for happy hour (4-7 pm, every day). What I like is they have a little patio outside (with a heater).

“But do they have salad?” says Annie.

“Just look,” I say. Because it’s all laid out here, from chunks of marinated ahi tuna to green seaweed. You notice: no cooking equipment, like stoves. We’re eating cold-turkey. Okay, cold-tuna.

“Where do we start?” I ask the gal, Paula.

“At this end,” she says. “Choose your style. Bowls, norittos, or waves. Then choose your protein: seafood, chicken, or vegan tofu.”

"D'accord. Bowls I get,” I say. “But noritto? wave?”

I dunno. I’m probably the only guy who didn’t get up to speed on this ten years ago. Annie too, from the expression on her face.

“Noritto is like ‘nori’ — seaweed — and ‘burrito.’ Poke in a seaweed and rice wrap,” Paula explains. She points to — oh yeah — pictures on the wall. And, aha. “The wave” is poke in U-shaped rice tortillas, with dark green seaweed wrappers. Hawaiian tacos, you might say.

Norittos and waves cost $11.99. You get three “tacos” in the wave deal. Bowls start at $11.99 too, including two ice cream scoops of proteins. You can upgrade to three scoops for $13.99, four for $15.99.

“I just want a salad,” says Annie. And she orders a kid-size salad ($7.99). But then she adds the first noritto on the board, “Kapuni” (it means “favorite” in Hawaiian). Oh man. Apart from the two scoops of your choice of protein, they throw in “crab” meat, avocado, cucumber, raw sweet onion, and chopped macadamia nuts. And she gets to add two sauces. A sesame, and a citrus ponzu.

Now Paula grabs a bamboo mat and lays down a square of seaweed, a mat of crushed cooked rice on top, then ahi tuna and salmon, and all the other ingredients, then rolls it up in the bamboo mat, just like traditional sushi places do.

For my poke bowl (regular size, $11.99), I look at the dizzying lists of choices I’ve got to make. I pick the spicy tuna and salmon for protein, and then let Paula have at it. She piles up the brown rice, rice noodles, imitation crab, seaweed salad, a “mango mix” of pineapple, red pepper, and sweet chili sauce, then beets, radish slices, bright orange masago (fish eggs), green onions, wasabi, cilantro, jalapeños, crunchy garlic, furikake (a tangy dry seaweed with sesame), delish green soy beans, and the most important taste-maker, ginger.

We also get a large plastic glass (must be 20oz) of Sapporo beer each ($6.99 at happy hour). Deal! Could have had Stone Delicious, or an Alesmith .394 at the same price. Or a can for $4.99. Or a can of sake for $8.49.

We take it all outside. Setting sun’s flooding the patio. Heaters are turned on to fight the icy little breeze.

“Now all we’ve got to do is eat this,” says Annie. “Please have half mine. I’ll be full after the salad.”

All right! At the speed of greed I grab half, chow it down. Just to help her out.

Here’s the thing though. Unlike the “Hawaiian” food you get at plate food chains, this stuff really feels healthy. Raw tuna, salmon, all those veggies, fish eggs, soy beans. “Actually, this is the real Hawaiian food, before outsiders arrived and introduced beef, SPAM, whatever,” says Annie. She’s been to Hawaii. “This poke craze is great, because it’s going back to the time when Hawaiian food was Hawaiian. Less protein, more carbs, way less fat. I think it’s beautiful.”

Of course, back in the day, fishermen just cut up smaller reef fish (poke means “cut into chunks”), and maybe he’e (octopus). Not tuna. Definitely not salmon. And definitely no pineapple/mango mix to add color. But hey, no big crime. Poke’s like sushi, or pizza. It’s growing up. Breaking out from where it started.

I start packing, because as usual, eyes were bigger than stomach, and stomach ain’t small. Feel like a python that swallowed a pig. The tastes that stay with me are ginger, wasabi, mango, seaweed, radishes, soy, garlic, tuna.

But next day, hey hey! I’m back. Just have to try the wave “taco.” I get one of each, natch. The “123,” (with ahi tuna), the Cali (with imitation crab), and the spicy (with spicy tuna). And the zillion other items hidden inside. Hard as I try, I can only get through two. Which makes me wonder something. I go ask Ruthie the manager.

“Oh yes,” she says. “You can buy a single order of three waves and share it with two of your buddies. No problem.”

Which would mean four bucks each for a really filling “taco.” Add HH beers, and voilà! Feast for three for ten bucks each.

‘Course talking about it makes me hungry. I down the third taco. Call Annie. Confess.


Voir la vidéo: TÄTÄ ET TIENNYT MUSTA (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Zuktilar

    Super, c'est un message très précieux.

  2. Xalvador

    Rarement. Il est possible de le dire, cette exception :) D'après les règles

  3. Hotah

    Certainement une réponse rapide :)

  4. Joram

    cool ... c'était intéressant à lire

  5. Baldassare

    Vous n'êtes pas correcte. Nous discuterons.

  6. Muzragore

    Je félicite, cette excellente pensée doit être précisément à dessein



Écrire un message