Nouvelles recettes

Trois cocktails au coin du feu à la salle d'écriture de New York

Trois cocktails au coin du feu à la salle d'écriture de New York


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Sirotez ces boissons au coin du feu pour vous réchauffer cet hiver

The Up in Smoke devant la cheminée HearthCabinet à The Writing Room.

Pendant près de 50 ans, les célébrités ont afflué chez Elaine's, le légendaire restaurant de l'Upper East Side immortalisé dans des chansons et des films jusqu'à sa fermeture en 2011. En 2013, cependant, les restaurateurs new-yorkais Michael et Susy Glick de Parlor Steakhouse ont décidé de prendre l'espace et rouvrez-le sous le nom de The Writing Room.

Le restaurant de 130 places a un thème littéraire qui rend hommage à son histoire comme celle d'Elaine. La photographie sur les murs comprend même quelques photos du restaurant d'origine, dont une de Woody Allen chez Elaine en noir et blanc. L'arrière-salle, qu'ils appellent The Study, est remplie de livres. Sur le mur du fond se trouve la cheminée de HearthCabinet Ventless Fireplaces, une cheminée spécialement conçue sans évent pour des espaces new-yorkais comme celui-ci.

Le menu de The Writing Room est un classique américain, inspiré de diverses régions du pays. Certains plats incluent la chaudrée de palourdes de la Nouvelle-Angleterre et le poulet frit au babeurre. Les cocktails sont à la fois classiques et inventifs. Essayez le Up in Smoke ou le Johnny's Gun, à base de mescal et de tequila respectivement.

Cliquez ici pour la recette du Johnny's Gun.

Cliquez ici pour la recette de l'été indien.

Cliquez ici pour la recette Up in Smoke.

Jane Bruce est la rédactrice photo du Daily Meal. Suivez-la sur Twitter @janeebruce.


Archives par étiquette : Hiram Walker

Après avoir récemment terminé ma première course dans une école de barman locale (BarSmarts Advanced, vous êtes le prochain !), Mes collègues ont décidé de mettre mes nouvelles compétences à l'épreuve. Ma mission : je devais concevoir de toutes pièces trois cocktails sans savoir quels spiritueux seraient disponibles. Le hic, c'est qu'il y a un "ingrédient secret" jeté dans le mélange, qui doit jouer un rôle dans chacune des boissons. Je n'avais aucune idée de ce qui m'attendait lors de cette dégustation impromptue de l'après-midi et j'ai été délicieusement surpris lorsqu'on m'a présenté une bouteille de liqueur Hiram Walker® Crème de Banana.

Une coloration caramel brillante et une saveur remarquablement sucrée, j'ai tout de suite su que j'utiliserais la crème de banane (épreuve 30) avec une gamme de jus de fruits frais dans mes cocktails. Tout d'abord, c'est ce que j'ai surnommé le Banana Harbour, une boisson mélangée sucrée dont vous ne pouvez pas goûter l'alcool dans cette boisson mélangée à base de crème de banane, de rhum Malibu® à la noix de coco et de jus de pamplemousse (I très recommande d'utiliser du jus sans sucre car la crème de banane a déjà une teneur en sucre si élevée). Un soupçon de club soda à la fin rend cette boisson encore plus rafraîchissante, parfaite pour une réunion printanière entre amis.

Pouvez-vous sentir les tropiques dans l'air? À gauche : Bite of Banana Center : Banana Harbour À droite : Pineapple Swoon

Ma deuxième création était la évanouissement d'ananas. J'ai combiné 1 partie de la crème de banane Hiram Walker avec ½ partie de rhum à la mangue et 2 parties de jus d'ananas dans un shaker et filtré dans un verre à cocktail réfrigéré. Garnissez d'un brin de menthe et on vous présente ce que je pensais être un beau cocktail, encore une fois très sucré en bouche.

Avec mon troisième cocktail imminent, j'ai décidé d'essayer de m'éloigner du trop sucré et de créer une version asymétrique d'un mojito. Les Bouchée de banane cocktail m'a trouvé en train de mélanger des feuilles de menthe dans un shaker, en ajoutant 1 partie de rhum Malibu® à la noix de coco, ¾ partie de crème de banane Hiram Walker®, ¾ partie de jus de citron vert et le tout complété par 2 parties de Club Soda. Une bouchée de banane en garniture tout en sirotant ce cocktail remplace le sucre dans un mojito traditionnel. Les saveurs de banane et de menthe ne se mariaient pas aussi bien que je l'aurais espéré, mais je pense que l'ajout de jus d'ananas ou de citron - ou peut-être l'utilisation de rhum infusé au citron - aurait atténué ce problème. Suggestions?

Le grand gagnant parmi l'équipe de bureau était…. Le port de la banane ! Cette friandise est un parfait sirotez une terrasse pour toutes vos activités printanières à venir - hé, peut-être que cela peut même être un punch amusant ! J'attends avec impatience mon prochain défi « Ingrédient secret » - restez à l'écoute, les amis !

Banana Harbour – Créé par Stéphanie Jerzy
1 part de crème de banane Hiram Walker®
½ part de rhum Malibu® à la noix de coco
2 parts de jus de pamplemousse
Club Soda
3-4 morceaux d'ananas
Mélanger la crème de banane, le rhum et le jus dans un shaker et passer dans un verre à whisky. Garnir d'un peu de soda club et ajouter 3-4 morceaux d'ananas.


Les discours de 1932

Cependant, la culture des bars n'était pas morte, juste différente et pas aussi lucrative de manière fiable. Ce qui est sans conteste le meilleur document de la ville de New York à l'époque de la Prohibition a été écrit au cours de la dernière année de celui-ci—Les discours de 1932 par le caricaturiste Al Hirschfeld. Il fonctionne pratiquement comme un manuel d'instructions sur la consommation illégale d'alcool dans la Big Apple, avec des critiques des meilleurs bars cachés (certains à la vue) de la ville, ainsi que les boissons alcoolisées qu'ils stockaient, le meilleur cocktail à commander, les meilleurs moments pour y aller, si les femmes étaient autorisées, les meilleurs sujets de discussion à engager avec d'autres habitués, si l'établissement servait de la nourriture ou un déjeuner gratuit, etc., et les profils de personnalité des barmans en chef. L'emplacement exact de chaque lieu a été fourni (malheureusement, environ 85 % d'entre eux ne fonctionnent plus comme un bar ou un restaurant), avec des instructions sur la façon d'y accéder.

La nuit du 16 janvier 1920, lorsque la Prohibition est entrée en vigueur, aurait été l'une des plus froides, sombres et inhospitalières de l'histoire de la ville. Cependant, en 1932, ce qui s'est avéré être la dernière année de la loi anti-alcool, la ville était bien dégelée. Les New-Yorkais s'y étaient si confortablement adaptés, et où boire un verre était une connaissance commune, Hirschfeld publiant un tel livre ne semblait plus verboten. Par exemple, dans l'un des bars clandestins, le Press Grill au 152 E. 42st St., il écrit : . L'entrée se fait directement de la rue à une salle à manger aveugle jusqu'au bar…”

Firefly4342 [CC BY-SA 4.0 via Wikipédia]

À l'autre extrémité du spectre se trouve le Mansion au 27 W. 51st St., une affaire à l'étage dans une belle maison de ville qui est "... l'idée d'un ancien banquier du Lycée Palace". Hirschfeld décrit ensuite un « hall d'entrée à couper le souffle » et un bar « circulaire, spacieux et décoré avec goût » abritant « la crème de la bureaucratie municipale » et « les boissons commencent à un dollar. L'une des plus grandes bénédictions de la prohibition. Le profil se termine par une recette de Brandy Crusta :

« Mouillez le bord d'un petit verre à vin avec du citron, trempez le bord dans du sucre en poudre pour donner un aspect givré au verre, épluchez le zeste d'un ½ citron et mettez-le dans le fond du verre, puis versez dans un shaker une cuillère à café de sucre ou de grenadine, trois traits de marasquin, trois traits d'Angostura bitters, jus d'un ½ citron, un verre d'eau de vie. Bien agiter, verser dans le verre et ajouter les fruits.


Meilleurs bars à cocktails à Rochester

La culture des cocktails de la ville est profonde, abritant Fee Brothers, l'une des marques d'amers les plus anciennes et les plus reconnues au monde, tout en célébrant le plus jeune maître distillateur américain via Jason Barrett, le président et chef distillateur de Black Button Distilling, la première distillerie de petits lots à ouvrir à Rochester depuis la Prohibition.

Chaque mois de mai, la ville connaît un boom alors que les fans de spiritueux affluent pour le Rochester Cocktail Revival. Fondé en 2014, RCR est une célébration d'une semaine de la mixologie moderne. Ces dernières années, le festival a organisé des événements à guichets fermés dans 16 bars et lieux différents à travers la ville, avec plus de 40 événements, des happy hours aux soirées tiki, en passant par les accords mets et spiritueux, les séminaires éducatifs et les mix-offs de barman.

Si vous vous rendez à Rochester et que vous êtes d'humeur festive, voici cinq bars à cocktails à siroter.

Meilleurs hôtels de Rochester

  • Hôtel Strathallan Rochester 4 ÉTOILES: Le meilleur hôtel-boutique de luxe de Rochester dispose d'un spa, d'une salle de sport, d'un bar et d'un restaurant. Vérifier les avis
  • Auberge sur Broadway 3 ÉTOILES: Comprend des chambres bien aménagées, un bar et un restaurant. Vérifier les avis
  • Hilton Garden Inn Rochester Downtown 3 ÉTOILES: Dispose d'une salle de sport, d'une piscine, d'un bar et d'un restaurant. Vérifier les avis

Le rafraîchissement quotidien

Situé dans une ancienne maison historique, The Daily Refresher s'inspire des premières tavernes américaines. Le populaire bar Rochester a deux étages, chacun avec sa propre ambiance distincte : le premier étage évoque une sensation de col bleu tandis que l'étage est chic, orné d'un bar en noyer fait sur mesure, d'un éclairage exposé, de carreaux de métro et d'un mur consacré au logement de centaines de différents whiskies.

  • Grace Kelly | gin, lillet blanc, aperol, citron, sucre
  • Voyageur du temps | whisky japonais suntory toki, cardamaro, falernum velours, citron vert
  • Genièvre Laurent | bols genièvre gin, cocchi americano, citron, sucre, concombre écrasé, menthe, rinçage genepy

Bonne chance

Installé dans un ancien entrepôt de fabrication de chaussures et de tissus, le restaurant Good Luck est l'un des restaurants les plus animés de Rochester. Le désir des propriétaires était de s'inspirer de l'héritage industriel et commercial de l'espace et de le complimenter avec une hospitalité chaleureuse et un décor simple qui comprend un miroir antique à installer sur mesure avec des images incrustées cachées et un lustre éblouissant fabriqué à partir d'acier brut.

Le directeur du bar Chuck Cerankosky est copropriétaire de Good Luck et dirige également le Rochester Cocktail Revival. Sous sa direction de lanceur de bouteilles, le programme de cocktails des restaurants a été nommé à plusieurs reprises le meilleur bar à cocktails de Rochester par City Newspaper, et a été nommé par Esquire comme l'un des meilleurs bars d'Amérique en 2016.

  • Inamartina | myer farm vodka biologique, fraise, st. germe, eau de rose
  • Rappelez-vous le Mahattan principal | seigle, cerise, vermouth, absinthe
  • Pour la plus belle | vieux forestier bourbon, betterave & arbuste à baies, pasubio, gingembre

Cocktails Nox

Les rats de bibliothèque qui ont un penchant pour les longues lectures avec des boissons fortes trouvent leur bonheur chez Nox Cocktails, un bar-salon littéraire unique situé sur Goodman Street. Les propriétaires Kelly et Aaron Metras et Tom Snape ont travaillé dur pour faire de l'intérieur un endroit chaleureux et confortable. Derrière le bar, vous trouverez une ancienne échelle de bibliothèque que le personnel grimpe pour prendre des bouteilles d'alcool, des canapés à l'ancienne où vous pourrez vous détendre tout en jouant à des jeux de société avec des amis, et une petite salle à manger servant des plats réconfortants classiques.

Alors, qu'est-ce qu'un nom ? Nox a deux significations : il se traduit par nuit en latin, et c'est aussi un célèbre sortilège de Harry Potter. Vous constaterez que la nerdness des propriétaires est profonde lorsque vous lisez le menu des aliments et des boissons, car chaque élément porte le nom de références littéraires et de la culture pop. Le bar est animé sept jours sur sept grâce à des événements spéciaux tels que le Quiz du dimanche avec Geeks Who Drink, la soirée de jeu du mercredi et les lectures/lancements de livres du jeudi.

  • La cloche | quatre roses bourbon, piment de la Jamaïque, noix, cerise, gingembre
  • Je suis Groot | gin tommy rotter, orange sanguine, sirop de cola maison
  • Cylon7 | vieux seigle overholt, cynar, orange, tonique

La chambre des louveteaux

La salle Cub est située dans le quartier South Wedge de Rochester dans un bâtiment vieux de 90 ans qui était auparavant utilisé comme usine de fabrication de chauffage et de tuyauterie. Il tire son nom d'un restaurant de Manhattan qui a été ouvert par un contrebandier nommé Sherman Billingsley en 1929, appelé The Stork Club. Le Stork Club était fréquenté par des célébrités, des politiciens et des gangsters qu'ils se sont tous mélangés et mêlés dans le V.I.P. au sein du Stork Club – appelé The Cub Room.

Les propriétaires ont déménagé à Rochester avec leurs deux enfants après avoir passé plus de 20 ans à travailler dans des restaurants gastronomiques à New York. Montez au bar et vous trouverez des cocktails de haute qualité dans un style simple, inspiré de l'histoire de l'ère de la prohibition, où la présentation est tout aussi dramatique que le cocktail lui-même.

  • Petit déjeuner | gin petit-déjeuner, vermouth sec Earl Grey, amers d'orange
  • Jill Monroe | vodka tommyrotter, crème de violette, prosecco, citron, miel de lavande simple
  • Frida | tequila pueblo viejo, vermouth berto, blanc d'oeuf, miel, citron

Vous pouvez également apprécier la lecture…

Les festivités

Situé dans une ancienne usine de fabrication de lames de scie dans le quartier des Arts de Rochester, The Revelry est un hommage au propriétaire Josh Miles à son éducation dans les montagnes et le Lowcountry de la Caroline du Sud. Les passionnés d'histoire trouveront une lame de scie encadrée accrochée au bar, ainsi qu'une photo du bâtiment dans sa splendeur d'origine. Les yeux perspicaces apercevront un défilé d'ananas dans tout l'espace (sur la porte d'entrée, en haut des escaliers et dans le logo sur les verres à eau) qui est un coup de chapeau aux capitaines de mer autour de Charleston et d'autres villes portuaires de le sud.

  • Velours Bleu | aquavit, citron vert, blanc d'oeuf, myrtille
  • M. Mule | vodka, basilic et fraise maison, bière de gingembre gosling’s
  • Est-Ender | gin, citron vert, sucre, concombre, menthe

Vous pouvez également apprécier la lecture…

Andrew Dobson

Andrew John Virtue Dobson est l'éditeur et rédacteur en chef de Dobbernationloves. Andrew est un photographe passionné qui aime écrire des histoires sur les voyages de luxe, les restaurants, les bars à cocktails et les festivals de cinéma.

Laisser une réponse Annuler la réponse

À propos du blog

DOBBERNATIONLOVES est un site de style de vie primé créé par l'écrivain et photographe torontois Andrew John Virtue Dobson.


Entrez dans la cuisine de la rédactrice de livres de cuisine primée Adeena Sussman

Rencontrez Adeena Sussman, une écrivaine et co-auteure de livres de cuisine américaine qui a déménagé dans la ville animée de Tel-Aviv il y a quelques années. Sussman a une formation culinaire éclectique, ayant étudié à l'Institute for Culinary Education de New York, travaillé à Gourmet magazine en tant que rédacteur, juge des concours de recettes pour épicurien, et bien plus. Néanmoins, la véritable passion de Sussman est d'écrire des livres de cuisine, où elle invite ses lecteurs à un voyage immersif de son esprit culinaire à travers les histoires et les images des recettes.

Sussman est l'auteur de Sababa : les saveurs fraîches et ensoleillées de ma cuisine israélienne, qui a été nommé Meilleur livre de cuisine de l'automne 2019 par Le New York Times, Bon appétit, et Nourriture et vin. Elle est également co-auteur de 13 livres de cuisine, dont le New York Times meilleurs vendeurs Les envies et Envies : faim de plus avec Chrissy Teigen, etLe livre de pâtisserie Sprinkles avec Candace Nelson.

Nous avons discuté avec l'experte culinaire pour savoir comment elle garde les choses fraîches dans la cuisine, ses incontournables de la cuisine et quelques-unes de ses recettes printanières préférées.

Vous rêvez constamment de nouvelles recettes. Comment trouvez-vous l'inspiration pour faire couler votre créativité ?

"J'aime le défi technique d'étudier un ingrédient particulier et d'expérimenter comment y ajouter de la créativité et des variations. Le voyage consistant à tester constamment pour finalement découvrir quelque chose de nouveau est très gratifiant pour moi.

« De plus, comme cuisiner est une question de partage, de divertissement et d'expérience, je pense toujours au type de nourriture qui rendra les gens heureux. En matière de créativité visuelle, j'aime manger au restaurant et observer comment les chefs assemblent les plats et préparent leurs plats. présentations."

Quels sont vos meilleurs conseils pour organiser un dîner réussi ?

"Ne vous inquiétez pas, recevoir peut être spontané et informel, mais délicieux et mémorable. C'est pourquoi je m'assure toujours que ma cuisine est remplie de bon vin, de fromages, de pain et de beurre...Je laisse les goodies parler d'eux-mêmes.

« De plus, tout n'a pas besoin d'être prêt à l'arrivée des invités. J'aime amener mes invités à participer à la préparation des plats et à les vivre ensemble.

Quels sont vos livres de cuisine préférés ?

"Personnellement, je suis attiré par les livres de cuisine" plus anciens "écrits par des cuisinières, mais sans s'y limiter. Quelques-uns de mes favoris incluent :

"Les incontournables de la cuisine italienne par Marcella Hazan Zahav par Michael Solomonov Le livre de recettes du café Zuni par Judi Rodgers Sur la nourriture et la cuisine par Harold McGee et Jubilé par Toni Tipton Martin."

Quels sont les ustensiles de cuisine sans lesquels vous ne pouvez pas vivre ?

"Presse-agrumes robuste - j'utilise Zakensberg (ce que tous les restaurants de Tel Aviv ont) toute la journée, tous les jours pour les recettes, les jus et les cocktails. Aussi, une fonte de Lodge. Cependant, la fonte surdimensionnée de Chrissy de Everyday La poêle est la meilleure que j'ai rencontrée. Enfin, une râpe microplane pour zester les citrons - ma cuisine est toujours remplie de millions de citrons. J'achète quotidiennement des produits frais au marché Carmel de Tel Aviv sous ma maison. "

Quels sont vos condiments incontournables qui sont toujours stockés dans votre cuisine ?

"Je vis selon la philosophie culinaire de ce qui pousse ensemble vit ensemble (c'est-à-dire, utilisez de l'huile d'olive israélienne lors de la cuisson des légumes israéliens).

« Les aliments de base dont je ne peux pas me passer comprennent : le tahini arabe, l'ail confit, le fromage de chèvre israélien, l'huile d'olive Ptora, les herbes fraîches (coriandre, menthe, basilic, persil), les citrons, les œufs et le beurre de cacahuète. »

Vous avez écrit trois livres de cuisine avec Chrissy Teigen. Comment avez-vous fini par travailler ensemble ? Et quelle est la meilleure partie de travailler ensemble?

"Nous avons été organisés à un rendez-vous à l'aveugle, qui s'est avéré être le meilleur rendez-vous professionnel que j'aie jamais eu, par l'agent de Chrissy qui m'a suggéré le poste alors qu'elle cherchait un co-auteur pour son premier livre de cuisine.

"Chaque fois que nous nous lançons dans un nouveau livre de cuisine, j'emménage avec Chrissy et sa famille pendant quelques mois, et nous imaginons et testons des recettes toute la journée, c'est très amusant. Nous formons une belle équipe, car nous venons d'horizons culinaires différents et pourtant avoir le même cerveau alimentaire.

« La meilleure partie de travailler ensemble est que notre relation est très enrichissante, créative et productive. J'apprends aussi beaucoup en cuisinant avec elle. Chrissy se concentre au laser sur l'utilisateur final et lui fournit des recettes faciles que cette façon de penser a m'a aidé pendant que je travaillais sur mon livre de cuisine Chabbat."

Quels sont vos restaurants préférés dans le monde ?

"J'ai adoré le Bar Pinoxto à la Boqueria à Barcelone Chez L'Ami Jean à Paris Hide Chan Ramen à New York le regretté Baroo à Los Angeles et La Mar à Lima, Pérou."

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre nouveau livre de cuisine, Chabbat, sur lequel vous travaillez actuellement ?

"Chabbat, qui signifie samedi et jour de repos en hébreu, est une extension de mon premier livre de cuisine Sababa et la cuisine traditionnelle israélienne. Le livre de cuisine propose 100 recettes qui sont parfaites pour les repas du week-end et vont des délicieuses idées de brunch et de déjeuner aux plats spéciaux pour le dîner.

« Le livre est multiculturel, car Israël est incroyablement riche en différentes ethnies et nationalités, et comprend tout, de la fabrication du pain challah aux ragoûts éthiopiens. Il devrait sortir en octobre 2022.

Vous trouverez ci-dessous quelques-unes des recettes printanières préférées d'Adeena :

Abricots Rôtis au Thym et Fromage de Chèvre Fouetté

Photo : Avec l'aimable autorisation de Dan Perez

Ingrédients:

huile végétale
8 abricots moyens, dénoyautés et coupés en deux
3 cuillères à soupe de miel
1 brin de thym, haché grossièrement, et plus pour la garniture
4 onces de fromage de chèvre, à température ambiante
½ tasse de crème épaisse
2 cuillères à soupe de noyaux d'abricots grillés (disponibles dans certains magasins d'aliments naturels et en ligne, consultez le Guide d'achat) ou d'amandes grillées

Instructions:

1. Préchauffer le four à 350 °F.

2. Lissez un plat rond allant au four de 10 pouces avec de l'huile végétale, puis placez les abricots, certains côté coupé vers le bas et d'autres non, dans le plat.

3. Arroser de miel, saupoudrer de thym et rôtir au four jusqu'à ce que les abricots commencent à flétrir et à dorer légèrement sur les bords, 20 à 25 minutes.

4. Dans un batteur sur socle équipé du fouet (ou utilisez un batteur à main électrique), mélanger le fromage de chèvre et la crème et fouetter à vitesse moyenne-élevée jusqu'à ce que les deux ingrédients forment un nuage crémeux et moelleux, deux à trois minutes.

5. Servir les fruits avec la crème, garnis de noyaux d'abricots et garnis de thym.

Salade de roquette aux dattes, feta et pistaches

Photo : Avec l'aimable autorisation de Dan Perez

Ingrédients:

4 cuillères à soupe d'huile d'olive extra vierge
2 cuillères à soupe de mélasse de grenade (page 48 ou du commerce)
1 cuillère à soupe de silan (sirop de dattes)
1 cuillère à soupe de moutarde de Dijon
1 cuillère à soupe d'échalotes finement hachées
⅛ cuillère à café de sel de mer casher
⅛ cuillère à café de poivre noir fraîchement moulu

8 tasses (4 oz) de jeunes feuilles de roquette
1 tasse (4 oz) de fromage feta crémeux et émietté
4 grosses dattes Medjool ou 6 moyennes, dénoyautées et coupées en deux si petites, en quartiers si jumbo
⅓ tasse de pistaches grillées hachées

Instructions:

1. Préparez la vinaigrette : dans un bocal avec un couvercle hermétique, mélangez l'huile d'olive, la mélasse de grenade, le silan, la moutarde, les échalotes, le sel et le poivre, et secouez jusqu'à consistance crémeuse.

2. Préparez la salade : Préchauffez le gril.

3. Disposer la roquette sur un plat de service.

4. À l'aide de vos mains, séparez le fromage en morceaux de la taille d'une bouchée et répartissez-le sur la roquette.

5. Disposer les dattes sur une petite plaque à pâtisserie tapissée de papier d'aluminium et griller jusqu'à ce qu'elles soient légèrement caramélisées avec les bords carbonisés, deux à trois minutes.

6. Répartir les dattes sur la salade et garnir de pistaches. Arroser d'un peu de vinaigrette.

Salade de freekeh et raisins rôtis

Photo : Avec l'aimable autorisation de Dan Perez

Ingrédients:

1½ tasse de freekeh, de préférence entier (cassé, c'est aussi bien !)
2½ tasses (1 lb) de raisins rouges sans pépins*
½ tasse d'huile d'olive extra vierge
1½ cuillère à café de sel casher, et plus au goût
½ cuillère à café de poivre noir fraîchement moulu, et plus au goût
⅓ tasse plus 2 cuillères à soupe de jus de citron fraîchement pressé, et plus pour l'assaisonnement
c. à thé de flocons de piment fort séchés, comme d'Alep
le zeste finement râpé d'1 citron
½ tasse de ciboulette fraîche finement hachée ou de persil haché
½ tasse de noix grillées hachées

Instructions:

1. Préchauffer le four à 400°F.

2. Placer le freekeh dans un bol moyen, couvrir d'eau et laisser tremper 15 minutes pour le cracked et 30 minutes pour le entier.

3. Égoutter et rincer le freekeh.

4. Placer les raisins sur une grande plaque à pâtisserie à rebords, arroser de deux cuillères à soupe d'huile d'olive, assaisonner avec ½ cuillère à café de sel et ¼ de cuillère à café de poivre noir, et rôtir au four, en secouant toutes les cinq minutes environ, jusqu'à ce que les raisins ratatinent et certains sont très caramélisés et même un peu brûlés sur les bords, 20 à 25 minutes.

5. Placez le freekeh égoutté dans une casserole moyenne avec 2 ½ tasses d'eau et ½ cuillère à café de sel, portez-le à ébullition à feu moyen-vif, réduisez le feu à moyen-doux et laissez mijoter en écumant l'écume et en remuant de temps en temps une fois que l'eau est partiellement absorbée, jusqu'à ce que le freekeh soit cuit, 15 minutes pour le cracké et 25 à 30 minutes pour le entier (si l'eau est absorbée mais que le freekeh entier n'est pas complètement cuit après 20 minutes, ajoutez ¼ à ⅓ tasse d'eau). Transférer sur une grande plaque à pâtisserie à rebords et étendre pour refroidir.

6. Dans un bol moyen, fouetter ⅓ tasse de jus de citron avec ⅓ tasse d'huile d'olive restante, ½ cuillère à café de sel, ¼ de cuillère à café de poivre et les flocons de piment séché. Ajouter le freekeh refroidi et les raisins ainsi que le zeste de citron et la ciboulette, mélanger délicatement et laisser reposer pendant cinq minutes.

7. Mélangez les deux cuillères à soupe restantes de jus de citron avec les noix. Assaisonner avec du sel, du poivre et du jus de citron au goût.


Est par Ouest

Caleb Cherry, barman en chef de Tune-Up au Kimpton Armory Hotel à Bozeman, dans le Montana, garnit ce cocktail d'un brin de romarin qui lui confère une belle qualité olfactive lorsque vous le sirotez. "Ce que j'aime le plus dans ce cocktail, c'est l'équilibre entre les notes sucrées et la sécheresse du vin mousseux", explique Cherry.

Ingrédients:

Instructions: Combinez tout sauf le prosecco. Agiter avec du romarin printanier, filtrer finement et verser dans une flûte à champagne. Garnir de prosecco et garnir d'une pique en bambou ou de baies fraîches.

Cocktail East by West de Tune-Up au Kimpton Armory Hotel à Bozeman, Montana.


Le Stinger est né vers 1890. [3] Le cocktail peut être dérivé de The Judge, un cocktail à base de brandy, de crème de menthe et de sirop simple trouvé dans le livre de cocktails de 1892 de William Schmidt. Le bol qui coule. [4] Il était immédiatement populaire à New York, [5] et est rapidement devenu connu comme une boisson "de société" (c'est-à-dire seulement pour les classes supérieures). [1] Selon le barman Jere Sullivan dans son volume de 1930 Les boissons d'antan : une mixologie, le Stinger est resté un élément essentiel du répertoire du barman jusqu'à la Prohibition. [6]

Le Stinger n'était pas initialement considéré comme un cocktail (c'est-à-dire une boisson servie avant le dîner), mais plutôt comme un digestif (un verre après le dîner). [1] En écrivant dans les années 1910 et 1920, "Hermione" de l'humoriste Don Marquis (un bienfaiteur fictif de la société daffy) a refusé de désigner le Stinger comme un cocktail, indiquant son statut dans la société de la classe supérieure. Au fil du temps, cependant, le Stinger en est venu à être consommé comme un cocktail. [1]

Le Stinger était une boisson populaire pendant la prohibition américaine, car la crème de menthe pouvait masquer le goût des eaux-de-vie de qualité inférieure alors disponibles. [7] Le Stinger a commencé à perdre la faveur des Américains à la fin des années 1970, [8] et n'était pas un cocktail bien connu au début du 21ème siècle. [9]

Le Stinger est un cocktail duo, dans la mesure où il n'utilise que deux ingrédients : un spiritueux et une liqueur. [10] La recette classique de Stinger utilise trois parts de brandy et une part de crème de menthe blanche. [11] Cependant, les recettes Stinger varient et certaines recettes demandent des parts égales de brandy et de crème de menthe. [8] Le mélange a été à l'origine agité, [1] bien que les recettes modernes demandent qu'il soit secoué avec de la glace pilée. [11] Les premières recettes exigeaient que le Stinger soit servi directement, mais depuis la fin de la Prohibition aux États-Unis [12], il est devenu plus courant de le servir sur de la glace pilée. [13]

Le cognac, un type de brandy, a été identifié comme la base du Stinger dès 1905 dans le supplément de William "Cocktail" Boothby à son livre de 1900, Bar-Tender américain. [1] Au 21ème siècle, le cognac est l'eau-de-vie la plus couramment utilisée citée par les recettes de la liqueur de base du Stinger. [5]

Les guides de cocktails recommandent de le servir dans un verre à cocktail s'il est servi directement, [11] ou dans un verre à whisky s'il est servi avec de la glace. [14]

Variantes Modifier

Les Amaretto dard utilise un rapport de 3 pour 1 entre l'amaretto et la crème de menthe blanche, [15] tandis qu'un Dard irlandais utilise à parts égales de la liqueur de crème irlandaise et de la crème de menthe blanche. [16]

Les Dard mexicain remplace le brandy par la tequila. [17]

Un "Vodka Stinger", également connu sous le nom de Araignée blanche, [18] utilise de la vodka à la place du brandy. [19]

Les Cocktail à la façon blanche, qui célèbre le théâtre de Broadway, est un Stinger à base de gin plutôt que de brandy. [20]

Les mixologues Oliver Said et James Mellgren citent un cocktail connu sous le nom de Stinger Sour. Il est fait avec un rapport de 3 à 1 à 1 de bourbon, de schnaps à la menthe poivrée et de jus de citron. [21] Ce cocktail n'est pas techniquement un Stinger, puisqu'il omet la crème de menthe. [7] [22] [23]

La popularité du Stinger à New York était si grande que les légendes urbaines ont attribué la genèse du cocktail au célèbre millionnaire Reginald Vanderbilt. Il a en outre été affirmé que le Stinger était le cocktail préféré de Vanderbilt, et il a passé des heures à le préparer pour ses invités. [1]

La réputation du Stinger en tant que boisson de la haute société a conduit à son apparition dans plusieurs romans célèbres. James Bond et Tiffany Case ont chacun un Stinger dans le roman de 1956 de Ian Fleming Les diamants sont éternels. [24] L'espion Alec Leamas boit des Stingers dans le roman de John le Carré de 1963 L'espion venu du froid. [25]

La Vodka Stinger était la boisson de choix de Joanne dans la pièce Société par Stephen Sondheim, avec son appel pour un dans la chanson "The Ladies Who Lunch". [26]

La boisson est également présente dans le 2007 Des hommes fous épisode de la première saison "Nixon v. Kennedy", se déroulant en 1960. L'épisode présente des Stingers à base de rhum Bacardi, car Bacardi était un sponsor de la série. [27]

Les femmes dans les romans de Lawrence Block boivent parfois des dards. Dans Le cambrioleur qui s'est arrêté sur Elvis [28] Le rendez-vous de Bernie « avait d'abord deux Rob Roy secs, la plupart du vin du dîner, et un Stinger par la suite. J'avais un Bloody Mary pour les ouvertures, et mon verre après le dîner était une tasse de café. Je me sentais comme un rendez-vous pas cher. Et en Le cambrioleur dans le placard, « La consommation d'alcool de Frankie, d'un autre côté, était certainement suffisamment grave pour que la salle de réveil reste ancrée dans la sinistre réalité. Un dard est toujours une proposition raisonnablement sérieuse. Une paire de dards à quatre heures un après-midi de semaine est à peu près aussi grave que possible. [29]


Cocktails à la bière

Avec trois mois de journées d'été chaudes et humides qui se profilent devant nous, l'une des boissons alcoolisées préférées de beaucoup est une bière glacée. Qu'il soit à la pression, en bouteilles ou en canettes, il est difficile de battre le rafraîchissement d'un rafraîchissement froid quand le météorologue dit que ça va être chaud.

Mais dernièrement, la bière a trouvé un nouveau foyer : mélangée à d'autres boissons puissantes. Les cocktail de bière fait sentir sa présence dans les restaurants, les bars et les tavernes des deux côtes et nous ne parlons pas du chaudronnier de whisky dans la bière d'une époque révolue, ni même de la Michelada, une concoction mexicaine de bière et, généralement, de jus de citron vert et d'épices poivrées.

Des idées plus récentes et plus fraîches dans la mixologie de la bière attirent l'attention et gagnent en popularité.

Comme le rapporte Frank Bruni dans Le New York Times, un nombre croissant d'établissements new-yorkais mélangent la bière avec des spiritueux tels que la vodka et le gin. Le simple fait que les cocktails à la bière aient plus de volume que les autres boissons mélangées et soient servis dans des verres plus grands en fait un choix idéal pour le printemps et l'été, estime Bruni.

Parmi les endroits à New York où les cocktails à la bière coulent actuellement&mdash

  • Ville de chèvre, un restaurant de l'East Village qui propose plusieurs choix, dont un qui combine bière et limonade maison et est infusé d'un éventail d'herbes.
  • Rosa Mexicaine sert non seulement une Michelada, mais aussi le El Betabel, qui mélange de la bière, du jus de betterave, du jus de citron vert et du Cholula (une sauce au poivre mexicain épicé) et leur La Sangrita mêle la bière à la sangrita maison, un mélange de plusieurs jus de fruits dont l'orange et tomate.
  • WD-50, un restaurant branché du Lower East Side de New York, a lancé un cocktail à la bière qu'il appelle le Black & Yellow. Inspiré du favori irlandais, Black & Tan, il s'agit d'une concoction à deux couches avec de la bière brune en haut et un mélange de gin infusé de kumquat, de jus de yuzu et de liqueur St. Germain au niveau inférieur. La boisson la plus populaire au WD-50 est ce qu'on appelle le pH, qui contient de la vodka, du sirop de litchi, du jus de citron, de la purée de framboise, de l'eau de rose et une bière aromatisée à la framboise, Framboise limbic.
  • PDT, un autre endroit d'East Village, prépare une boisson appelée le N. 38 Special qui contient de la bière, de la tequila, de l'amaro italien et de la sauce piquante parmi les ingrédients.

Sur la côte gauche, le buzz autour des cocktails à la bière bourdonne également, en particulier à Los Angeles, comme le rapporte le LA Hebdomadaire bogger qui s'appelle Caroline sur Crack. Certains des endroits de la ville de guirlandes dont elle note&mdash

  • Pièce libre à Hollywood prend un verre avec de la bière au gingembre, du Plymouth Gin et de la Guinness.
  • Les Grand Bar à Los Feliz mélange un Gin & Chronic, à base de Plymouth Gin infusé de houblon, de tonique, de jus de citron vert et d'eau gazeuse. Il s'agit, dit-on, d'un cocktail de type &ldquocannabis&rdquo.
  • Salon Hemingway&rsquos à Hollywood prépare un mélange de stout au chocolat avec du Old Rasputin Imperial Stout, du Chivas 18, des amers mole et des amers Angostura.
  • Hostaria del Piccolo sert un thé glacé italien à base de bière Perroni, d'Aperol, d'Averna et de zeste d'orange. Cela se présente comme une "bière houblonnée avec un coup de fouet", écrit Caroline.

La tendance des cocktails à la bière s'est clairement imposée dans les grandes villes des deux côtes. Nous nous attendons à ce qu'il se répande vers la section médiane de la nation dans les mois à venir, mais nous verrons.

Pour plus d'informations et d'innovations, consultez CultureWaves®, l'endroit où aller pour les dernières observations sur les événements, idées, tendances et plus encore de la Banque mondiale de la pensée. Ajoutez vos propres réflexions sur tout ce qui se passe dans la vie : divertissement, design, technologie, bien-être et, oui, tendances alimentaires. Et jetez un œil à quelques-unes de nos autres tendances culinaires chaudes et fraîches.


Les meilleurs cocktails faciles à préparer pour un happy hour de quarantaine

Imagination and clever use of staple ingredients will get you far in these times of quarantine and lockdown. I consulted one of the world’s most imaginative bartenders, Keyatta Mincery-Parker (a 2019 Bombay Sapphire Most Imaginative Bartender Finalist). According to Mincey-Parker there are a few simple ways to keep your cocktail routine running smoothly under lockdown conditions. First, she says, “it’s okay if you don't have a shaker/bar kit, if you have a jar with a lid that can work too. In terms of juice, fresh juice is always the best, but if all else fails Simply Lemonade and Simply Limeade are great options. And, for the people working from home, when you make yourself coffee or espresso in the morning keep some on hand to use in an afternoon cocktail, your boss ain’t watching you.” She kindly shares a few of her go-to recipes for simple but tasty cocktails—with a few more added in for inspiration. Stay well everyone.

Margarita classique

· .75 simple syrup or .50 agave nectar

If you don't have fresh lime and don't want to make simple syrup, add 1.5oz of Simply Limeade.


6 Responses to “Tales of the Cocktail: The Emperor’s New Bitters”

Tony Harion said:

Amazing post Chuck!! Felt like I was there again!

A big mistake on my part was not picking up a bottle of water on my way in, but that was quickly solved after the second taste.

On Sunday we were at Cure for the Rematch talking about this seminar when all of a sudden a very strong chocolate taste took over the place .I couldn’t help to scream “There! Smell it! See! That’s what I was talking about! Someone has a bottle of the Mozart stuff here!” Sure enough a guy had a bottle inside his closed backpack near us. Fragrant stuff! Can’t wait to get my hands on some of it.

And I thought I took good notes during this one.. Foolish me.. Thank you!

Tony Harion said:

OH! a quote worth mentioning from that night at cure:

“It’s like viagra, but for girls”

Mike S. said:

Chuck! Urgence! S'il vous plaît, aidez-vous !

Your thoughts on the correct pronunciation of Peychaud’s? Emphasis on first or second syllable? Silent or audible “D” at the end? I’ve always gone with emphasis on first syllable and audible “D”: PAY-showd. But now I’m wondering if I’ve been screwing it up all these years. Is it PAY-show? pay-SHOWD? pay-SHOW?

This is critical because we’ve just named our new puppy “Peychaud” and it’s sparked a raging debate amongst our friends (many of whom are native NOLA) about how his name should be pronounced. We were confident about it until *that* hot mess started up!

Chuck said:

It is “PAY-show,” and this comes from Phil Greene, a direct descendant of Antoine Amédee Peychaud himself. QED!

Mike S. said:

That settles it for me. I’m a big fan of the notion that people get to dictate how their own names are pronounced, even when their names become the trademark for very famous products (witness Porsche). Merci!

(N.B. there seems to be some…confusion? sloppiness?…on that final “D,” at least when referring to the bitters. In McMillian’s definitive NOLA.com video on the Sazerac, I could swear he pronounces it “PAY-show’s” at 0:49 when referring M. Peychaud’s shop, and “PAY-showd” at 1:46 when referring to the bitters themselves. Still, I’m happy to bow to M. Greene and his family dictate, PAY-show it is!)

Layne said:

Hi Chuck and Wes,
My name is Layne Mosler, and I’m the editor at Rama Food, a new digital food tour company.
I’m not sure if you got my email, but I love your blog and wonder if you’d be interested in writing a tour for our iPhone app? If you’d like to send me an email – [email protected] – I’d be glad to tell you more.
Cheers and happy eating,
Layne
PS – No, I’m not going to ask you to write for free!

2. --n. Chuck Taggart's weblog¹, est. 1999, with contributions by Wesly Moore, updated (almost) daily (except when it's not), focusing on cocktails and spirits, food and other drink, music, New Orleans and Louisiana culture . and occasionally movies, books, sf, public radio, media and culture, travel, Macs, humor and amusements, reviews, news of the reality-based community , wry observations, complaints, the authors' lives and opinions, witty and/or smart-arsed comments and whatever else tickles the authors' fancy.

This weblog is part of The Gumbo Pages, by the way. It's big and unwieldy and full of all kinds of fun food, drink and New Orleans stuff. Vérifiez-le.


Voir la vidéo: Summertime au coin du feu (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Ahtunowhiho

    Se détendre!

  2. Hewitt

    Je vous conseille de regarder un site sur lequel il y a beaucoup d'informations sur cette question.

  3. Dugar

    C'est d'accord, ce remarquable message

  4. Con

    This message is incomparable)))



Écrire un message